En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Variétés avoine noire blanche printemps (grains d’avoine de printemps dans une main) Derniers résultats d’essais

Les variétés d’avoine de printemps à la loupe

23 janvier 2020

Le catalogue français propose un large choix de variétés d’avoine de printemps, qu’elles soient noires ou blanches. Retour sur les derniers résultats d’essais.

En 2019, l’avoine de printemps couvre 37 000 ha en France. On en trouve notamment en Bourgogne, en Lorraine et en Champagne. La culture se compose de variétés à grains noirs, dont le principal débouché est l’alimentation équine, et de variétés à grains blancs, destinées à la floconnerie et à l'alimentation animale.

De nouvelles variétés sont régulièrement inscrites au catalogue français. Depuis 2018, les avoines de printemps ont accueilli trois nouveautés à grains noirs (Celeste, KWS Balios et KWS Uranie) et une à grains blancs (KWS Opaline). A noter que les inscriptions 2020 ne seront connues que dans les prochaines semaines.

Les variétés d’avoines de printemps sont évaluées chaque année dans un réseau d’essais communs entre l’inscription et la post-inscription. Dix essais sont réalisés par les obtenteurs, ARVALIS – Institut du végétal, le GEVES et l’INRA. Ils sont tous conduits en modalités traitées et non traitées fongicides.

Une nouvelle variété d’avoine noire s’impose

Nouvelle variété demi-tardive à demi-précoce, Celeste présente le rendement le plus élevé du regroupement : 107 % en moyenne sur trois ans. En végétation, elle s’est montrée assez sensible à l’oïdium. Son PS est assez bon.

Demi-tardive, KWS Balios est une des avoines de printemps les plus multipliées en 2019. Depuis trois ans, son rendement reste proche de la moyenne. Résistante à l’oïdium et assez résistante à la verse et à la rouille couronnée, elle présente un bon comportement en végétation. Son PS est assez élevé.

Demi-tardive à demi-précoce, KWS Uranie associe une bonne productivité (avec 103 % en moyenne sur trois ans), de bons niveaux de résistance à l’oïdium et à la rouille couronnée, et un PS élevé.

Demi-tardive inscrite en 1996, Auteuil a une productivité très inférieure à celle des variétés plus récentes (90 %). Sa tenue de tige est assez bonne. Elle est résistante à l’oïdium, mais assez sensible à la rouille couronnée. Son PS est assez faible.

Demi-tardive, Corneil est en retrait sur le plan de la productivité. Assez résistante à l’oïdium, elle est par contre assez sensible à la verse et à la rouille couronnée.

Parmi les variétés d’avoine noire les plus cultivées il y a quelques années, Persik est aujourd’hui en perte de vitesse face aux variétés plus récentes. Sa productivité est dans la moyenne et son comportement agronomique reste assez équilibré, notamment vis-à-vis de l’oïdium et de la rouille couronnée.

Inscrite en 1999, Ranch affiche des rendements nettement en retrait par rapport à ses concurrentes plus récentes. En végétation, cette variété demi-tardive présente des défauts de comportement vis-à-vis de la verse et de la rouille couronnée. Son PS est assez faible.

Tardive, RGT Iliade affiche une productivité un peu en retrait de la moyenne (97 %). Mais elle apporte de la résistance à la verse et à la rouille couronnée.

Demi-tardive, RGT Vailla présente un potentiel de rendement dans la moyenne et son comportement vis-à-vis de la verse et des maladies est bon. Toutefois, son PS est inférieur de 2 kg/hl en moyenne par rapport à la moyenne des variétés.

Demi-tardive, Zorro a une productivité légèrement supérieure à la moyenne malgré une relative contre-performance en 2015. Elle est assez résistante à l’oïdium, mais assez sensible à la rouille couronnée.

Les avoines blanches de printemps apportent de la productivité

Demi-tardive à demi-précoce, Albatros a une productivité élevée (104 % de la moyenne). Elle est résistante à l’oïdium et assez résistante à la rouille couronnée. Son PS est assez élevé.

Demi-tardive à demi-précoce, Duffy figure parmi les avoines de printemps les plus multipliées en 2019. Bien que sa productivité soit légèrement supérieure à la moyenne pluriannuelle des variétés, elle reste en retrait par rapport à la plupart des autres avoines blanches. Elle est sensible à la verse et assez sensible à la rouille couronnée. Son PS est assez élevé.

Demi-tardive à demi-précoce, Husky a une productivité élevée, à 104 % de la moyenne. Elle a une assez bonne tenue de tige et un bon niveau de résistance à l’oïdium. Elle est cependant assez sensible à la rouille couronnée. Son PS est assez élevé.

A 104 % de la moyenne, Keely a des rendements élevés. Un peu haute sur paille, elle est assez sensible à la verse. Cette variété demi-tardive est assez résistante à l’oïdium. Son PS est assez bon.

Nouvelle variété demi-tardive à demi-précoce, KWS Opaline affiche un bon niveau de rendement, à 104 % de la moyenne. En situations non traitées, elle s’est montrée assez résistante à l’oïdium et à la rouille couronnée. Elle se distingue par son PS supérieur de près de 3 kg/hl à la moyenne des variétés.

Demi-tardive, RGT Pleïade affiche des rendements élevés (103 %) et présente un assez bon comportement vis-à-vis de la verse et de la rouille couronnée, mais son PS est faible.

Figure 1 : Rendements pluriannuels des variétés d’avoine de printemps

NB : Les conditions climatiques exceptionnelles du printemps 2016 ont conduit à retirer les résultats de cette année des synthèses pluriannuelles.

Tableau 1 : Caractéristiques des variétés d’avoine de printemps

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 24 janvier 2020 par LAMLIHI

Great

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10