En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Vitesse de séchage et manipulation du fourrage au champ Journée Technique Grandes Cultures biologiques

Introduire la luzerne dans les rotations longues

17 novembre 2011

Les systèmes alliant polyculture et élevage sont les plus adaptés en bio. Sans troupeau sur l’exploitation, il est plus difficile de gérer la fertilité et les adventices. Pour les céréaliers, miser sur la luzerne dans les rotations longues peut leur permettre d’être rentables.

L’étude de cas types mis en place dans 5 régions françaises met en avant l’introduction de la luzerne dans la rotation. Non seulement elle demande moins de temps de travail, mais elle permet également de pallier les manques liés à l’absence d’élevage. La luzerne est une légumineuse, elle ne nécessite aucun apport d’azote. De plus, elle en restitue aux cultures suivantes. C’est un plus pour la gestion de la fertilisation comme pour le coût de production. Le nombre d’interventions mécaniques et les charges d’intrants sont ainsi réduits. La luzerne permet par ailleurs de gérer l’enherbement lorsqu’elle est fauchée régulièrement pendant 2 ou 3 ans.


Pour plus de détails sur les "cas types", cliquez ici

L’effet positif du précédent luzerne sur un blé

La réduction des charges liée à l’introduction de la luzerne amortit les marges trop faibles. Ce type de rotations est donc moins sensible aux variations des prix de vente. D’autre part, sur un blé de luzerne les charges et les coûts de production sont plus faibles qu’avec des blés de colza ou de féverole . Le rendement est quant à lui plus élevé. L’impact sur les résultats économiques est donc positif.

Le contexte de production détermine les résultats économiques

La luzerne apporte des réponses pertinentes aux systèmes céréaliers bio sans élevage, mais c’est avant tout le contexte de production qui conditionne les résultats économiques. Le choix des cultures doit donc tenir compte du contexte pédoclimatique et des débouchés locaux. En effet, la valeur ajoutée est souvent liée aux débouchés locaux, à des modes de commercialisation particuliers ou à diverses valorisations locales. La luzerne est par exemple mieux valorisée par la présence proche d’éleveurs ou d’usine de déshydratation.

Retrouvez le détail des travaux en pièce jointe.


Retour au dossier

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10