En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
parcelle maïs fourrage Synthèse d'essais

Maïs fourrage : les résultats complets des variétés expérimentées en 2018

20 décembre 2018

Retrouvez, par région et par groupe de précocité, les résultats des variétés de maïs fourrage expérimentées dans le réseau de post-inscription(1) en 2018 sur l’ensemble des critères évalués. Ils sont complétés par une analyse pluriannuelle des performances moyennes des variétés étudiées de 2015 à 2018(2) et par des listes de variétés recommandées par ARVALIS.

Destinées à l’aide au choix de variétés pour la prochaine campagne, ces synthèses rassemblent les informations disponibles et fiables sur tous les critères de comparaison des variétés, avec des données sur :
• les caractères les plus décisionnels tels que la précocité à la récolte, les rendements et leurs régularités, ainsi que les profils de valeur énergétique.
• les caractères dits « informatifs » qui, selon les régions et les parcelles, ont plus ou moins d’importance en fonction des facteurs limitants, tels que la vigueur au départ, la précocité à la floraison, la sensibilité à l’helminthosporiose ainsi que la solidité des bas de tiges (tiges creuses).

Les caractères à expression plus aléatoire au champ, tels que la verse ou les symptômes de maladies, ne sont pas renseignés lorsque le nombre de données et d’essais fiables n’est pas suffisant pour qualifier les variétés.

Les rendements sont exprimés en % de la moyenne des variétés expérimentées en 2018. Les valeurs faibles des indicateurs ET (écart type) des rendements 2018 signifient une bonne régularité des résultats entre essais.

La mise en page des résultats avec des codes couleur permet d’identifier rapidement les points les plus forts et plus faibles des variétés.

Téléchargez les résultats ainsi que les variétés recommandées pour votre région par groupe de précocité :

- Bretagne, Normandie et Hauts-de-France :
° Très précoces
° Précoces
° Demi-précoces

- Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Limousin :
° Précoces
° Demi-précoces
° Demi-précoces à demi-tardives

- Centre Bassin Parisien :
° Précoces
° Demi-précoces
° Demi-précoces à demi-tardives

- Grand-Est, Centre-Est, Auvergne :
° Précoces
° Demi-précoces
° Demi-précoces à demi-tardives

- Sud-Ouest :
° Demi-précoces à demi-tardives

Valoriser la précocité variétale

La précocité reste un critère majeur du choix variétal. Toutefois, en 2018, les écarts de teneurs en matière sèche de la plante entière ont été importants du fait de récoltes à taux de matière sèche élevés, liées à des sommes de températures très largement supérieures à la normale des 20 dernières années.

La précocité des variétés et l’ajustement des dates de récolte sont très importants en matière de conservation et de valorisation par les troupeaux. Une variété trop précoce pour la région sous-exploite l’offre du milieu ; récoltée trop tard elle conduit à des taux d’amidon trop élevés pour une utilisation optimale par les vaches laitières sans ajustement de la ration avec des aliments grossiers. 

Concilier productivité, régularité et les différentes composantes de la valeur énergétique

La tenue de tige reste aussi un critère important comme l’a rappelé 2018 avec de violents coups de vent localisés en juin, juillet et août dans plusieurs régions.

Les variétés sensibles à l’helminthosporiose sont à éviter dans les régions à risque. Toutefois, les références sur les nouvelles variétés ne sont pas toutes disponibles faute de symptômes significatifs dans les essais ces dernières années.

Les différences de valeur énergétique entre variétés de maïs fourrage exprimées par la valeur UFL (aptitude à la transformation en lait des quantités de fourrage ingérées, estimée par le modèle M4.2) sont importantes à privilégier : un écart de 0.01 UFL permet en moyenne un gain de 0.3 litre de lait par vache et par jour dans le cas d’une ration équilibrée.

Les critères complémentaires de digestibilité de la matière organique non amidon (dMO na), des fibres constituées par les parois végétales (dNDF) et la proportion d’amidon dégradable sont importants à prendre en compte selon les compositions prévisionnelles des rations des ruminants. Pour les vaches laitières à haut potentiel, les variétés présentant un bon équilibre entre ces trois composantes de la qualité sont recommandées.

Quant au rendement, la pertinence de ce critère de choix est évidente, même si elle est à relativiser par les autres caractères à compromis. En maïs fourrage, le nombre de rations et les stocks fourragers en dépendent.

Les écarts de comportement des variétés expérimentées entre essais, années et régions ne sont pas toujours faciles à expliquer. En 2018, ont été constatés des effets de dates de semis (très étalées dans le Sud-Ouest du fait des pluies de mai et juin), de la verse et des stress hydriques qui se sont généralisés à partir de la mi-juillet en culture pluviale, dont les conséquences ont varié selon les dates de floraison. Les résultats des essais obtenus dans les situations touchées par des manques d’eau au cours des dernières années ne permettent pas de distinguer de façon nette des variétés.

La régularité des résultats qui s’apprécie à l’aide des références des années antérieures et d’un indicateur de variabilité entre les essais de l’année (ET) est à prendre en compte. La comparaison des résultats entre régions est aussi très utile en complément des synthèses pluriannuelles qui reposent sur des ajustements statistiques(3) sur l’ensemble des données disponibles à ARVALIS et au GEVES.

Le choix de variétés récentes, connues dans le continuum de l’évaluation des variétés (des épreuves d’inscription et de la post-inscription), et dont les bonnes performances sur plusieurs critères ont pu être confirmées au cours de plusieurs années, s’impose comme une des premières étapes à maximiser de l’itinéraire technique.

(1) : Les essais du réseau de Post-Inscription sont réalisés par ARVALIS Institut du végétal, tous les établissements de semences de maïs de l’UFS et de nombreux partenaires que sont des coopératives, négoces et chambres d’Agriculture.

(2)
 : Les synthèses pluriannuelles ont été réalisées par ARVALIS, le GEVES, l’UFS et plusieurs coopératives, négoces et Chambres d’Agriculture qui ont participé entre 2010 et 2018 au cursus d’évaluation des variétés de maïs.

(3)
 : Les moyennes ajustées ont été calculées avec un modèle linéaire mixte approprié à l’analyse de tableaux de données incomplètes. La méthode d’estimation utilisée est REML et la mise en œuvre a été réalisée dans le logiciel « R » Le facteur « variétés » est considéré comme un facteur à « effets fixes », alors que les effets « années » et « essais » sont pris en compte en tant que facteurs à « effets aléatoires ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant