En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
parcelle maïs fourrage Bilan des essais

Les résultats complets 2017 des variétés de maïs fourrage

14 décembre 2017

Retrouvez, par région et par groupe de précocité, les résultats complets des variétés de maïs fourrage expérimentées dans le réseau de post-inscription en 2017 (1). Ils sont intégrés dans des synthèses pluriannuelles (2) des performances moyennes des variétés étudiées de 2014 à 2017 par ARVALIS, le GEVES, l’UFS et plusieurs coopératives, négoces et Chambres d’Agriculture qui ont participé entre 2009 et 2017 au cursus d’évaluation des variétés de maïs.

Ces synthèses rassemblent les informations disponibles et fiables sur tous les critères de comparaison des variétés pour aider au choix des variétés à semer en 2018. Y figurent des données sur :
• les caractères les plus décisionnels tels que la précocité à la récolte, les rendements et leurs régularités, les tenues de tige, les valeurs énergétiques du fourrage et leurs composantes,
• des caractères « informatifs » qui, selon les régions et les parcelles, ont plus ou moins d’importance en fonction des facteurs limitants, tels que la vigueur au départ, la précocité à la floraison et la sensibilité à l’helminthosporiose.

Les caractères à expression plus aléatoire au champ, tels que la verse ou les symptômes de maladies, ne sont pas renseignés lorsque le nombre de données et d’essais fiables n’est pas suffisant pour qualifier les variétés.

Les rendements, calculés à 100 % de teneur en matière sèche, sont exprimés en % de la moyenne des variétés expérimentées en 2017. Les valeurs faibles des indicateurs ET (écart type) des rendements 2017 signifient une bonne régularité des résultats entre essais.

La mise en page des résultats avec des codes couleur permet d’identifier rapidement les points les plus forts et plus faibles des variétés.

Téléchargez les résultats de votre région…
(en cliquant sur la carte)

La précocité reste un critère de choix important

La précocité d’une variété apporte de la souplesse dans les dates de récolte, l’implantation de la culture d’hiver suivante et la valorisation par les troupeaux. Une variété trop précoce pour la région ou récoltée trop tard valorise insuffisamment l’offre climatique en terme de rendement plante entière ou conduit à des taux d’amidon trop élevés pour une valorisation optimale par les vaches laitières sans ajustement de la ration avec des aliments grossiers. Une variété trop tardive en situations à moindres disponibilités en température, ou en cas d’années froides, a l’avantage de proposer un gain potentiel en rendement lorsque les dates de semis et les températures de l’année permettent de les valoriser (gain de l’ordre de 0,2 t/ha de MS par point de teneurs en MS).

Il faut viser une maturité de récolte entre le 10 et le 30 septembre, variable selon les régions, avec un objectif de teneurs en matière sèche compris entre 28 et 35 %. La variabilité des scénarios de déficits hydriques des cultures de maïs fourrage, rarement irriguées, ne permet pas de préconisation de stratégie d’esquive gagnante à tous les coups par le choix de variétés plus précoces, a fortiori lorsque les dates de récolte sont difficiles à ajuster aux stades recherchés de récolte.

Concilier productivité, tenue de tige et les différentes composantes de la valeur énergétique

Les différences de valeur énergétique entre variétés exprimées par la valeur UFL (aptitude à la transformation en lait des quantités de fourrage ingérées) sont importantes à privilégier : un écart de 0,01 UFL permet en moyenne un gain de 0,3 litre de lait par vache et par jour dans le cas d’une ration équilibrée. Les teneurs en amidon élevées de l’année 2017, liées à des sur-maturités à la récolte et des bons rapports grain/plante, attribués à une fin de cycle favorable pour la croissance des grains, ont eu tendance à survaloriser les résultats de teneurs en UFL. Les critères complémentaires de digestibilité de la matière organique non amidon (dMO na), des fibres constituées par les parois végétales (dNDF) et la proportion d’amidon dégradable (% amidon dégradable lié à la teneur en amidon et sa dégradabilité) sont importants à prendre en compte selon les compositions prévisionnelles des rations des ruminants. Pour les vaches laitières à haut potentiel, les variétés présentant un bon équilibre entre ces trois composantes de la qualité sont recommandées.

La tenue de tige reste aussi un critère important de choix de variétés même si des progrès réguliers sont enregistrés.

Enfin, les différences de rendements entre variétés méritent d’être prises en compte lors du choix variétal tout en considérant les autres critères tant en situations favorables que de potentiels de rendements moindres. Les nombres de rations et les stocks fourragers en dépendent.

La comparaison des résultats de rendement des variétés entre régions, années, voire par niveau de potentiels de rendements, apporte des informations de régularité utiles à considérer dans un contexte de grande variabilité climatique interannuelle.

Le choix de variétés récentes, connues dans le continuum de l’évaluation des variétés (des épreuves d’inscription et de la post-inscription), et dont les bonnes performances sur plusieurs critères ont pu être confirmées au cours de plusieurs années, s’impose comme une des premières étapes à maximiser de l’itinéraire technique.


(1) : Les essais du réseau de post-inscription sont réalisés par ARVALIS - Institut du végétal, tous les établissements de semences de maïs de l’UFS et de nombreux partenaires que sont des coopératives, négoces et chambres d’Agriculture.
(2) Les moyennes ajustées ont été calculées avec un modèle linéaire mixte approprié à l’analyse de tableaux de données incomplètes. La méthode d’estimation utilisée est REML et la mise en œuvre a été réalisée dans le logiciel « R » Le facteur « variétés » est considéré comme un facteur à « effets fixes », alors que les effets « années » et « essais » sont pris en compte en tant que facteurs à « effets aléatoires ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 18 décembre 2017 par DELAVEAU

super!

18 décembre 2017 par DELAVEAU

bien!

15 décembre 2017 par DELAVEAU

super!