En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Désherbage des céréales

Les produits ne font pas toujours bon "ménage" en mélanges

04 avril 2013

Les traitements de désherbage pouvant être particulièrement tardifs cette année à cause de conditions climatiques peu favorables, la tentation est grande de mélanger les herbicides avec des produits ayant d’autres usages. Mais attention, les risques de phytotoxicité et d’antagonismes entre produits sont nettement plus élevés pour les mélanges multifonctions.

Les mélanges de produits à différents usages, associant des herbicides, des fongicides et des régulateurs de croissance, par exemple, présentent des risques de phytotoxicité plus importants puisque la plante est soumise simultanément à l’action de plusieurs produits phytosanitaires à laquelle s'ajoutent des charges en co-formulants, voire adjuvants assez importantes. De plus, en augmentant le nombre de produits, les chances d’antagonismes entre certains sont multipliées, de même que les risques d’inefficacité d’un, voire de plusieurs d'entre eux.

Des notes de phytotoxicité plus élevées pour les mélanges

Une série de 4 essais a été réalisée, testant des mélanges de trois usages différents, incluant cinq produits différents (deux herbicides, une huile, un régulateur de croissance et un fongicide) en comparaison à des séquences de ces mêmes produits. Des notes de phytotoxicité supérieures sont observées pour l’ensemble des mélanges vis-à-vis de leur programme associé (graphique n°1). Or, la phytotoxicité observée en sortie d’hiver a beaucoup plus d'impact sur le rendement final que celle présente à l’automne. Elle n’est donc pas à négliger.

Graphique 1 : Influence sur la phytotoxicité des mélanges vis-à-vis des programmes


(cliquez sur l'image pour agrandir)

Les mélanges augmentent les risques d'antagonisme entre produits

En mélangeant beaucoup de produits, le risque d’antagonisme est également bien plus élevé. En effet, chaque spécialité commerciale a une plage d’utilisation, entre autre vis-à-vis du pH. N’oublions pas que l’eau, à de très rares exceptions, n’a pas de pouvoir tampon. C’est donc le produit qui « impose » son pH et ses caractéristiques à la bouillie. Ainsi, en mélangeant de nombreux produits, afin de répondre à un objectif de limitation du nombre de passages, le risque d’antagonisme est très élevé, en plus des risques de phytotoxicité, puisque chacun apporte des modifications aux caractéristiques de la bouillie. Le graphique 2 est une illustration des mêmes mélanges étudiés, et de leur impact sur la verse. Certains mélanges ont un impact sur l’efficacité du régulateur, en « inhibant » son action. La prudence est donc de mise, dans les mélanges multifonctions.

Graphique 2 : impact des mélanges sur la verse en culture


(cliquez sur l'image pour agrandir)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 06 avril 2013 par MEUNIER

Quand on utilise du C5 avec de l'huile il faut revoir les proportions car le C5 a des propriétés pénétrante. Quand on travail en mélange multiples on n'utilise pas les mêmes doses qu'en produits seuls.

05 avril 2013 par GUYOT

Il est bon de noter que tous n'est pas possible et peut diminuer les efficacités. Mais il serait bon de notifier les effets bénéfiques de certains mélanges sur leurs efficacités en mélange.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10