En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Remorque qui décharge dans un stockage à la ferme Conservation à la ferme

Les grains germés imposent une conduite rigoureuse du stockage et de la ventilation

17 juillet 2014

Le stockage de grains germés sur pied dans des installations fermières est possible mais pas à n’importe quelle condition. Une conduite rigoureuse et des outils adaptés sont impératifs pour éviter la dégradation de lots dont la qualité est déjà compromise par les conditions météorologiques avant récolte.

Le temps frais et pluvieux de ces dernières semaines a entraîné des phénomènes de germination sur pied des céréales à paille. La germination des grains dégrade fortement leur valeur meunière, en affectant particulièrement le temps de chute de Hagberg (TCH). Mais elle n’affecte pas leur valeur nutritionnelle pour l’alimentation animale. Il importe donc de bien identifier les parcelles touchées et de ne pas mélanger des lots germés avec d’autres qui ne le seraient pas. De la même manière, ne pensez pas améliorer un lot ayant un TCH dégradé en le mélangeant avec un lot au TCH plus élevé : ce critère n’est pas additif, le mélange aura un TCH proche du lot le plus mauvais.

Bien nettoyer les grains avant la mise en cellule

Sauf à disposer de capacité de séchage, la récolte doit se faire à une teneur en eau compatible avec un stockage de bonne qualité, c’est-à-dire inférieure à 16 %. Avant la mise en cellule, il est particulièrement important de bien nettoyer le grain afin de séparer les bons grains des débris végétaux et des germes plus humides qui pourraient affecter la qualité de la conservation et occasionner des échauffements.

Une ventilation bien conduite préserve la qualité

Le stockage se fait ensuite dans les mêmes conditions qu’un grain non germé, en respectant toutes les bonnes pratiques habituelles :
- refroidir le plus rapidement possible, par paliers, en respectant au premier palier un écart de température maximal de 10°C entre la température du grain et la température de l’air de ventilation afin d’éviter tout phénomène de condensation sur les parois de la cellule.
- ne pas attendre que la cellule soit pleine pour commencer la ventilation. Dès que les gaines sont recouvertes la ventilation peut démarrer.
- surveiller scrupuleusement la température du grain et l’enregistrer pour un meilleur suivi (exemple d’une fiche de suivi).

Rappelons à cette occasion que le meilleur moyen pour effectuer une ventilation rigoureuse est de la piloter à l’aide d’un thermostat (comme l’outil Sec-LIS par exemple).

Si la ventilation est bien réalisée, le risque de développement de moisissures est maîtrisé, et le processus de germination est stoppé.

Sécher rapidement en cas de récolte humide

S’il n’est pas possible de récolter à une teneur en eau inférieure à 16 %, il faudra procéder à un séchage avant la mise en cellule. Le séchage doit être effectué rapidement (bannir la ventilation séchante qui n’inhibera pas assez vite la germination) avec de l’air à 80-90°C suivi d’un refroidissement efficace.

En résumé, stocker du grain germé en ferme est tout à fait possible sous réserve de respecter les bonnes pratiques de stockage et de disposer de bons outils (entre autre de suivi de la température). Les stockages à plat improvisés sont déconseillés dans ce cas de figure.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10