En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Impacts du gel sur le préfanage de l’herbe Ensilage / enrubannage

Les gelées ont-elles affecté la qualité de l’herbe récoltée ?

04 mai 2016

Les jours de gel survenus la semaine dernière (0 à -3°C pendant quelques heures) lors de la phase de préfanage ont eu pour principal effet d'allonger un peu la durée de séchage au champ du fait d’un moindre pouvoir évaporant de l’air. Qu’en est-il sur la valeur nutritionnelle du fourrage et sur sa conservation ?

Avant la fauche

Par temps froid et ensoleillé, la photosynthèse fonctionne malgré tout et la plante sur pied a plutôt tendance à accumuler davantage de sucres solubles. En effet, les mécanismes impliqués dans la respiration (et donc la consommation des sucres produits) sont plus sensibles à la température que les phénomènes associés à la photosynthèse. Ainsi, une plante fauchée par temps froid et ensoleillé présente, sur le plan biochimique, une meilleure aptitude à l’ensilage du fait d’une teneur en sucres solubles généralement plus importante.

Au cours du préfanage

Un gel intervenant sur des plantes juste fauchées ne modifie pas directement leur valeur nutritionnelle. Quand la température est basse, les phénomènes de respiration cellulaire de la plante encore vivante (une fois coupée) sont ralentis. Par conséquent, la teneur en sucres solubles est globalement mieux maintenue que lorsque la température est élevée (> 20-25°C).

Le seul point potentiellement négatif, c'est le nombre de bactéries lactiques. Ces bactéries sont naturellement présentes sur tous les fourrages et constituent avec d’autres communautés de micro-organismes, ce que l’on appelle la flore épiphyte. Le fait qu'il fasse froid avant la fauche et lors du séchage au champ ne favorise pas leur développement. Or, ces bactéries sont bénéfiques à la bonne conservation sous forme ensilée car ce sont elles qui transforment les sucres solubles en acide lactique, abaissant ainsi le pH du fourrage pour le stabiliser.

Attention, cela ne veut pas dire que le fourrage se conservera mal. Le préfanage durant 36 à 48 h sous des températures fraîches peut compenser. Il a été montré qu’en cas de faible population bactérienne (flore lactique) sur pied, le préfanage était favorable au développement de ces bactéries.

Enfin, rappelons que la bonne conservation reste dépendante de l'atteinte d’une teneur en matière sèche adéquate (30 à 35 % MS pour les graminées et 45-50 % MS pour les légumineuses). Un tassement énergique et une fermeture hermétique sitôt après la fin du chantier assureront un démarrage rapide des fermentations efficaces.


© Gilles Crocq – CLASEL

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10