En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
picto_V_F_chaulage Les Vrai/Faux du chaulage

Les cultures ont une sensibilité différente à l’acidité

24 septembre 2015

En pH acide, l’aluminium devient toxique. Certaines espèces sont particulièrement sensibles à cette toxicité.

L’abaissement du pH dans les sols acides contribue à rendre de plus en plus soluble certains composés minéraux contenant de l’aluminium. Cet élément devient toxique lorsque le pH est inférieur à 5,5.

La toxicité aluminique affecte le fonctionnement des racines

La toxicité de l’aluminium provoque une forte réduction de la croissance des racines. Elles deviennent épaisses et peu ramifiées. Elles ne sont plus capables d’assurer l’alimentation minérale et hydrique des plantes.

            [Al] faible                                 [Al] élevé

En présence d’ions aluminium, les racines
sont épaisses et peu ramifiées.

Des espèces plus ou moins tolérantes à la toxicité aluminique

Les légumes et la luzerne sont les cultures les plus affectées par l’acidité. Parmi les céréales, l’orge s’avère sensible à la toxicité aluminique alors que le triticale et le maïs le sont peu.

Les prairies temporaires ont un comportement proche du maïs.

La luzerne est un cas particulier : le pHeau doit être supérieur à 6 pour l’installation du rhizobium.

La suppression de la toxicité de l’aluminium dans les sols trop acides est la fonction première du chaulage : au-dessus d’un pHeau de 5,5, cette toxicité disparaît, quels que soient le type de sol et l’espèce cultivée.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10