En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
video_JL Agronomie

Les couverts permanents : une alternative potentielle aux cultures intermédiaires

04 décembre 2014

Jérôme Labreuche, responsable travail du sol et intercultures chez ARVALIS - Institut du végétal, nous présente les recherches effectuées sur les couverts permanents.


ARVALIS – Institut du végétal a démarré des travaux sur les couverts permanents en 2013 car ils représentent une alternative aux cultures intermédiaires classiques. Ces dernières, implantées en plein été, souffrent parfois de conditions sèches ou de récoltes tardives du précédent. Cela peut pénaliser le développement du couvert.

Implanter d’autres espèces comme des légumineuses pérennes de type luzerne, trèfle, sainfoin… dans la culture précédente (colza ou orge de printemps par exemple) pourrait constituer une alternative à ces difficultés.

Un principe prometteur mais une mise en œuvre délicate

Il s’agit en fait de semer le couvert suffisamment tôt pour qu’une fois la culture principale récoltée, le couvert se développe significativement. L’idée est de garder une couverture du sol suffisante pour concurrencer les adventices et de profiter de la fixation symbiotique de l’azote par la légumineuse pour accroître les fournitures à la culture suivante. Ce couvert pourra ensuite être soit détruit, soit conservé vivant dans la culture suivante.

Cette dernière option pose deux difficultés.

D’une part, il faut trouver des produits herbicides sélectifs à la fois du couvert et de la culture. L’objectif est ici de réguler le développement du couvert pour qu’il ne soit pas trop concurrentiel de la culture sans toutefois le tuer. Des travaux ont commencé pour trouver le meilleur compromis selon les produits et les doses appliquées.

D'autre part, le couvert peut exercer une concurrence sur la culture pour la lumière, l'eau ou l'azote.

Des essais sont en cours pour mettre au point ce type de pratique (implantation du couvert, choix de l'espèce voire de la variété de couvert, régulation de ce dernier...). L'objectif est ensuite de pouvoir évaluer les impacts de cette pratique sur les cultures, le sol et l'environnement.

Des résultats plus détaillés seront communiqués prochainement dans ARVALIS-infos.fr.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant