En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Coccinelle Auxiliaires des cultures

Les coccinelles, grandes amatrices de pucerons

07 juin 2018

Avec une cinquantaine de proies consommées chaque jour, voire plusieurs centaines pour les larves, les coccinelles sont des prédateurs redoutables en milieu agricole. Ces coléoptères sont particulièrement friands de pucerons.

Les coccinelles sont des insectes appartenant à l’ordre des coléoptères. Si plus de 4 000 espèces sont identifiées à travers le monde, environ 110 sont présentes en France. Ces espèces sont de taille et de couleur variables. Elles peuvent en effet mesurer de 1 à 15 mm, et sont colorées de jaune, de rouge ou encore de noir.

Les espèces les plus rencontrées en milieu agricole en France, sont la coccinelle à 7 points (Coccinella septempunctata), Scymnus rubromaculatus (coccinelle sombre mesurant entre 1,5 et 2 mm), mais aussi de plus en plus la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), qui peut entrer en compétition avec les coccinelles indigènes pour la recherche de nourriture ou consommer leurs larves.



Coccinella septempunctata (© insecte.org)


Scymnus rubromaculatus (© insecte.org)


Harmonia axyridis (© insecte.org)

Quelques signes distinctifs de reconnaissance

Comme tous les insectes, les coccinelles ont trois paires de pattes. Leur corps est généralement rond, globuleux, et leurs ailes sont cachées sous une carapace. Leur tête est en partie cachée sous un pronotum, qui est plus large que long. Pour compléter ces éléments, en se munissant d’une loupe grossissante, il est possible de s’assurer que le scutellum est visible, et que les antennes sont courtes et terminées en massue.

Un peu de biologie

Actifs en journée, dès que les températures avoisinent les 15°C au printemps, les adultes vont pondre dans un milieu favorable aux larves, c’est-à-dire à proximité de la présence de proies. Quatre à dix jours plus tard, les larves nouvellement écloses vont se mettre à la recherche de nourriture. La majorité des larves sont prédatrices : soit opportunistes (larves de divers invertébrés, œufs, insectes à corps mou), soit généralistes (pucerons, cochenilles ou acariens). Les autres espèces sont mycophages. Pour assurer sa croissance, la larve peut consommer de 100 à 2 000 proies par jour.

Les adultes, quant à eux, sont majoritairement omnivores. Ils peuvent en effet être prédateurs et consommer de 50 à 70 proies par jour, mais aussi se nourrir de pollen et de nectar.

Ainsi, les coccinelles se révèlent être de très bons auxiliaires des cultures, en étant particulièrement amatrices de pucerons (65 % des espèces en consomment).

Pratiques favorables à cet auxiliaire

Pour préserver les coccinelles, on peut par exemple respecter les habitats dans lesquelles elle hiverne, sous forme adulte. Il s’agit notamment de la végétation au pied des haies, ou encore des anfractuosités des roches.

Les adultes apprécieront également la présence de plantes de la famille des Ombellifères ou des Composées dans les bords de champs, qui constituent des sources de pollen et de nectar.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 13 juin 2018 par HUET

Vous avez raison, il faut sortir du story telling écolo-bio, et leur demander des preuves objectives de ce qu'ils racontent. On ne traite pas par plaisir...

09 juin 2018 par CLOITRE

les larves de coccinelles sont beaucoup plus voraces . Pour ma part je reste un peu sur la réserve quant à l'appétit des coccinelles car il est vrai qu'elles mangent des pucerons mais cela reste relatif . Cette année nous avions jusqu'à 5 coccinelles sur des pieds de féveroles attaqués par des pucerons noirs mais rien y a fait , les pucerons étaient toujours présent 10 jours plus tard . Elle mangent quelques pucerons mais cela dépend de l'humeur du jour !!!