En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
picto désherbage Normandie

Les clés de la réussite des faux-semis

06 août 2015

La technique du faux-semis a pour objectif de faire lever les adventices en interculture puis de les détruire avant l’implantation de la culture. Sa réussite dépend de l’espèce visée et de son niveau d’infestation (stock semencier et présence dans la culture qui précède), des outils utilisés et les conditions pédoclimatiques.

Un faux-semis est-il efficace n’importe quand ?

NON. Les adventices ne lèvent pas toutes à la même période. Pour maximiser l’efficacité des faux-semis, il faut donc les positionner à des périodes différentes en fonction de l’adventice visée. Par exemple, des faux-semis réalisés peu après la moisson permettront de faire lever du brome stérile. A l’inverse, le vulpin a une époque de levée préférentielle plus tardive. Il est donc préférable de réaliser les faux-semis fin septembre/début octobre pour déstocker cette adventice.

Figure 1 : Epoques de levée préférentielles des adventices (en vert)

Tous les outils ont-ils la même efficacité ?

NON. Un faux-semis demande une préparation du sol fine mais surtout superficielle que ce soit en déchaumage ou en intervention après labour. Il s’agit d’établir un bon contact terre-graine favorisant la levée des adventices. Les herses de déchaumage, les vibro-déchaumeurs ou les déchaumeurs à disques sont des outils bien adaptés au faux-semis.

La météo a également un rôle déterminant sur la réussite de cette technique. Les conditions humides sont favorables à la levée des adventices. En cas de conditions sèches prolongées, un roulage peut être déterminant.

Figure 2 : Efficacité des différents outils pour réaliser un faux semis

Comment et quand détruire un faux-semis ?

En interculture, il est possible de détruire mécaniquement les adventices avec un outil qui scalpe toute la largeur du sol (cultivateur à pattes d’oie par exemple). Au semis, la destruction mécanique (autre que le labour) est envisageable uniquement si le temps est sec, le sol séchant et des adventices peu développées. Si ces conditions ne sont pas réunies, il est préférable de labourer ou d’utiliser du glyphosate.

Le faux-semis dynamise la levée des adventices et ne doit donc pas être trop proche du semis, afin d’éviter les effets « retard » dans la levée des adventices. Il est préférable de laisser a minima deux semaines entre le dernier faux-semis et le semis de la culture.

Télécharger la « Fiche n°2 : Les Rendez-Vous du désherbage - Les clés de la réussite des faux-semis »

Information rédigée en partenariat avec : Agrial, CA61, Cap Seine, D2N

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10