En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
ferti PK Phosphore et potassium

Le raisonnement de la fertilisation P-K repose sur quatre critères

20 juillet 2017

Suivant le niveau d'exigence de la culture et la teneur en PK dans le sol, il est possible ou non de réaliser une impasse. Le passé de fertilisation et la restitution ou non des résidus de culture du précédent sont également des éléments à prendre en compte.

Les sols cultivés contiennent des réserves de phosphore et de potassium souvent importantes. Mais tout n’est pas immédiatement disponible pour les plantes. Ces éléments sont présents dans le sol sous des formes très diverses. La fraction présente dans la solution du sol à un instant donné est très faible, à la différence de l’azote par exemple.

Dans le volume de terre dans lequel les racines puisent P et K, la solution du sol est cependant en permanence réalimentée par diffusion à partir de la phase solide. Lorsque le sol ne peut réalimenter suffisamment vite la solution en raison d’une trop faible disponibilité de ces éléments, l’apport d’engrais est nécessaire pour satisfaire les besoins des plantes. Elles sont plus sensibles à la carence pendant leur phase juvénile.

Les bases du raisonnement de la fertilisation PK, établies par le Comifer (Comité français d’étude et de développement de la fertilisation raisonnée), reposent sur quatre critères : l’exigence des espèces cultivées, l’analyse de terre, le passé récent de fertilisation et la restitution ou non des résidus de culture du précédent.


Sommaire

Ne pas confondre exigences et besoins

Lire l'analyse de terre

Gérer les résidus de récolte


Ne pas confondre exigences et besoins

Les espèces cultivées ont des sensibilités différentes à la carence en P et/ou K, qui se traduisent par des pertes de production d’autant plus élevées que l’espèce est sensible. Cette caractéristique des espèces, liée à la nature de leur système radiculaire ou au rôle de P et K dans l’élaboration de leur production, est traduite par la notion d’exigence. Elle ne signifie pas que les cultures exigeantes absorbent ou exportent plus de P ou de K que celles qui le sont moins (tableau 1 : Niveaux d’exigence pour P et K de différentes cultures).



Lire l'analyse de terre

Les teneurs du sol en P et K, données par l’analyse de terre, constituent des indicateurs de leur niveau de disponibilité dans le sol. Ces teneurs s’interprètent différemment selon le niveau d’exigences des cultures.

Plusieurs valeurs seuils sont proposées dans la grille PK du Comifer :
• T impasse : teneur au-dessus de laquelle il est possible de réaliser une impasse de fumure,
• T renforcé : teneur au-dessous de laquelle il faut renforcer la fumure au-delà de la stricte compensation des exportations.

Retrouvez le détail de ces valeurs seuils par région, type de sol, et niveau d'exigence des cultures en PK en accédant à la grille PK du Comifer.


Retour au sommaire


Gérer les résidus de récolte

Lorsqu’une espèce est cultivée pour ses graines (blé, maïs, colza, tournesol…), l’essentiel du phosphore prélevé par la culture est présent dans le grain et donc exporté. En revanche, la majorité du potassium (80 à 90 %) est présent dans les tiges et les feuilles, sous une forme très soluble. Au cours des premières phases de décomposition des résidus, ce potassium est libéré sous une forme identique à celle d’un engrais potassique. La restitution des résidus de récolte du précédent équivaut donc à un apport important de K2O. Un blé de 80 q restitue plus de 100 unités K2O/ha par les pailles et chaumes. Le potassium nécessaire pour une culture est le complément de ce qu’ont restitué les résidus de la culture précédente. Bien entendu, en l’absence de restitution des résidus de récolte, l’impasse sur la fertilisation potassique est plus risquée et la dose de potassium nécessaire est généralement plus importante.


Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

7 commentaires 08 août 2017 par LE SOUDER

Bonjour, La teneur en P est difficile à remonter sur certains sols ; votre sol de limon caillouteux en fait probablement partie. Il faut savoir aussi que pour qu'une teneur remonte et que cela puisse se voir sur une analyse de terre, il faut mettre des quantités très élevées, ou/et attendre très longtemps. Mais tout dépend de la teneur du sol, la remonter n'est pas forcément un objectif en soi. Si votre teneur est faible, inférieure à la teneur seuil dite Trenforcé, qui est de l'ordre de 50 mg/kg P2O5 Olsen, alors il faut des fumures annuelles, de l'ordre des exportations pour les céréales (60-70 kg P2O5/ha/an), majorées pour le colza (80-90 kg P2O5/ha/an). Les fientes de poules, peuvent être une bonne solution pour les apports de P, elles ont une très bonne valeur fertilisante phosphatée (sous réserve d'un prix intéressant par rapport à de l'engrais minéral). Restant à votre disposition,

08 août 2017 par LE SOUDER

Bonjour, Vouloir remonter une teneur du sol en phosphore n'est pas forcément un objectif raisonnable en soi, il faut adapter la fertilisation (quantité) pour chaque culture en fonction de la teneur du sol. Certains sols ont des évolutions de teneurs du sol très peu sensibles aux apports. Si la teneur est inférieure aux teneurs-seuils, alors il faut apporter chaque année des fumures de l'ordre des quantités exportées (environ 60 kg P2O5/ha sur céréales), si possible avant l'implantation. Les apports de phosphore par voie foliaire n'ont jamais donné de résultats satisfaisants à notre connaissance, les quantités apportées sont trop faibles par rapport aux besoins, et ils ne permettent pas non plus de "booster" la plante, Restant à votre disposition,

08 août 2017 par LE SOUDER

Bonjour, Les fientes de volailles sèches (80%MS) contiennent, en moyenne : 40 kg N/t, 40 kg P2O5/t et 28 kg K2O/t. Une analyse de votre produit pourrait vous donner des valeurs plus pertinentes. De faibles quantités de fientes peuvent satisfaire les besoins d'une culture voire de 2 cultures qui se suivent, si ces cultures ont besoin d'engrais (selon la teneur du sol). Voir toutefois à être en accord avec votre réglementation locale sur l'azote (dates d'apport). Restant à votre disposition,

28 juillet 2017 par SALMON

l apport de fientes à qu'elle dose? il faut en apporter tous les ans en quantitée suffisante..

28 juillet 2017 par SALMON

l apport de fientes à qu'elle dose? il faut en apporter tous les ans en quantitée suffisante..

  | Page 1 / 2 | Suivant