En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Miniature vidéo chrysomèle du maïs Ravageurs du maïs

Le point sur l'avancée de la chrysomèle en Europe et les méthodes de luttes disponibles

27 février 2014

Gilles Espagnol, ingénieur maïs chez ARVALIS – Institut du végétal, dresse un état de la situation de la chrysomèle sur le territoire européen et passe en revue les divers moyens de lutte à disposition des producteurs.

Le développement géographique de la chrysomèle du maïs est inéluctable sur le territoire européen. Les situations sont diverses selon les pays.

Diversité des situations en Europe

En France, le dispositif administratif a permis de retarder l’entrée en nuisibilité du ravageur et d’éviter l’apparition des dégâts rapides.     
Par contre, d’autres pays sont déjà en situation de nuisibilité, de dégâts visibles et pénalisants pour les producteurs. Ainsi, l’Italie doit affronter un niveau de nuisibilité élevé, comme d’autres pays de l’Europe de l’est. La France et l’Allemagne sont pour le moment épargnés de niveaux de nuisibilité observables.

L’exemple de l’Italie montre qu’il est possible de continuer de produire malgré la présence de la chrysomèle, avec des outils de gestion de l’insecte. Le principal de ces outils est le pilotage des populations par le piégeage. Ces piégeages permettent de déterminer des seuils d’intervention ou de modification de stratégies pour les producteurs. La production de maïs est donc possible, à condition que les producteurs soient accompagnés par les organismes de recherche et développement : instituts, chambre d’agriculture, coopératives et distributeurs privés, pouvoirs publics…

Passage en revue des dispositifs de lutte

Les agriculteurs disposent d’un ensemble de moyens pour lutter contre la chrysomèle : rotation, gestion et travail du sol, insecticides…
La rotation est le principal levier en monoculture pour pouvoir faire baisser la pression de chrysomèle et poursuivre là produire du maïs de façon durable.
Très efficace au Etats-Unis, le levier de la protection par la génétique n’est pas aujourd’hui accessible en Europe.

De nouvelles possibilités de lutte ?

La lutte biologique est l’une des nouvelles pistes de lutte contre la chrysomèle, avec l’utilisation d’auxiliaires ou de macro-organismes spécifiques tels que les nématodes entomopathogènes.
Le maïs reste une culture possible et rentable à condition de mettre en œuvre tous les moyens.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10