En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Conservation du maïs

Le maïs grain humide mieux valorisé par les porcs

10 janvier 2013

Le maïs grain conservé humide, par inertage ou ensilage, est mieux valorisé par les porcs que le maïs grain sec.

L’utilisation des différentes formes du maïs grain humide se développe en France dans les élevages porcins grâce à ses atouts économiques (épargne de frais de séchage, valorisation du maïs de l’exploitation,…) et techniques (récolte précoce, rendement optimal, traçabilité,…) mais peu d’études existent sur la valeur énergétique et protéique à attribuer à ces maïs et par défaut les éleveurs calculent leurs rations avec les valeurs utilisées pour le maïs sec.
Pourtant, d’après deux études récentes d’ARVALIS - Institut du végétal, le maïs grain récolté humide et conservé par inertage ou par ensilage, est mieux valorisé par les porcs.
Valeur énergétique du maïs grain inerté et du maïs grain ensilé par rapport au maïs grain sec
En fait, la digestibilité fécale de l’énergie est supérieure de 3,2 et 3,8 % pour les maïs inerté et ensilé respectivement, par rapport à celle du maïs sec. Cela s’explique principalement par une meilleure digestibilité iléale de l’amidon et de la matière grasse des maïs humides. Pour la fraction protéique (acides aminés), l'amélioration est de 3,6 et 5,8 % pour les maïs inerté et ensilé par rapport au maïs sec. En conclusion, la conservation sous forme humide du maïs grain, et en particulier ensilé, améliore sa valeur nutritionnelle, par rapport au maïs sec.

Ce travail a été réalisé en partenariat avec INZO° et la Fédération Nationale de la Production des Semences de Maïs et Sorgho et sera présenté au Journées de la Recherche Porcine en 2012.

La conservation du maïs humide : ensilage et inertage

Les deux méthodes sont basées sur l’absence d’oxygène (anaérobiose) et l’acidification du milieu, ce qui empêche aux microorganismes indésirables de se développer.
Dans l’ensilage le broyage et le tassement entraînent la disparition de l'oxygène et le développement des bactéries anaérobies qui vont produire de l’acide lactique à partir des sucres du maïs.
Dans l'inertage la respiration des grains (qui restent entiers) ainsi que la microflore présente consomment rapidement l'oxygène interstitiel en le remplaçant par du gaz carbonique.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 13 août 2013 par Danel

Bonjour à vous, Les essais effectués à l’époque à Montardon montraient des résultats avec une tendance identique aux nôtres, c’est-à-dire indiquant une meilleure digestibilité du maïs grain humide en comparaison avec le maïs grain sec. Il était cependant difficile lors des essais dont vous parlez, de comparer un même lot de maïs qui était ensuite soit séché soit conservé humide en grains entiers ou après broyage. Nous avons récemment réalisé un essai où les différentes formes humides ont été comparées au sec, tout le maïs grain étant issu d’un même lot à la récolte. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le News@lim N°28 et le résumé et le poster publiés aux JRP 2012. Cordialement, Justine Danel

05 juillet 2013 par LEUILLET

Bonjour à tous, Une compilation de l'ensemble des très très nombreuses comparaisons maïs sec versus ensilé conduites au siècle dernier notamment à Montardon corrobent-ils en terme de performances animales ces résultats de digestibilité? Michel Leuillet

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10