En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Goutte à goutte de surface dans rang de maïs Vidéo

Le goutte à goutte en grandes cultures : une technique d’avenir ?

02 août 2018

L’irrigation par goutte à goutte est souvent présentée comme plus économe en eau par rapport au système par aspersion (20 à 30 % d’économie selon les publications). Qu’en est-il en grandes cultures ? ARVALIS a mis en place un essai sur sa station de Pusignan (69). Visite de l’essai en vidéo.

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, 15 % des surfaces de grandes cultures sont irriguées, soit près de 110 000 ha.

La bonne gestion de la ressource pose la question des avantages et inconvénients des différents systèmes d’irrigation.

Dans l’essai mis en place en plaine de Lyon, à Pusignan, l’irrigation du maïs par goutte à goutte est comparée à une irrigation par rampe sur enrouleur, selon différents régimes d’irrigation plus ou moins restrictifs.

Pas d’effet significatif sur le rendement

Sans surprise, les rendements chutent lorsque l’eau n’est pas apportée à 100 % de l’ETM (régime optimal d’irrigation).

Mais, pour un même volume d’eau apporté, le goutte à goutte permet d’atteindre le même niveau de rendement qu’avec un système par aspersion en situation de restriction de l’irrigation (figure 1).

Une meilleure efficience du goutte à goutte n’a donc pas été prouvée sur les deux premières années d’expérimentation. Il ne faut pas moins d’eau avec cette technique qu’avec une autre pour atteindre le rendement optimal.

Figure 1 : rendement du maïs selon différents systèmes d’irrigation goutte à goutte vs rampe sur enrouleur (volumes d’eau optimisés ou restrictifs) – Essai 2016-2017 Pusignan (69)

Une troisième année d’essai va étudier l’impact d’un système de pilotage automatique de l’irrigation par goutte à goutte sur l’efficience des apports d’eau. Au lieu de lancer l’irrigation manuellement, un moniteur autonome ouvre automatiquement les vannes pour apporter l’eau vraiment au plus près des besoins h24.

Les apports d’azote via l’eau d’irrigation sont-ils plus efficaces ?

Cet essai est également l’occasion de tester l’intérêt de la fertigation, autorisée avec l’irrigation de précision. Quel est le niveau de production par kg d’azote apporté comparé à un système classique par aspersion ? Comment gérer au mieux les apports de fertilisant azoté avec le système goutte à goutte pour maximiser son efficience ?

Les deux premières années d’essai n’ont pas montré de tendances significatives sur les apports d’azote. La troisième et dernière année d’essai devrait permettre de statuer sur ce point.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10