En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
coquelicot Lutte contre les adventices

Diversifier les modes d'actions des herbicides, alterner cultures de printemps et cultures d'hiver

16 octobre 2012

Alterner les modes d’action des herbicides sur toute la rotation est un facteur essentiel d’efficacité pour gérer les adventices. Vous trouverez ici différents modes d’actions et exemples de stratégies.

Anticiper les problèmes de résistance par une stratégie adaptée

Les problèmes de résistance sur  vulpins et ray-grass obligent à modifier les stratégies herbicides sur céréales, voire sur les autres cultures (colza). En termes de conseil aux agriculteurs, la principale difficulté consiste à faire modifier des pratiques avant l’arrivée des problèmes. En rotation courte (colza-blé), l’utilisation d’anti-graminée type ATLANTIS, ARCHIPEL, ABAK (HRAC B), sans recourir à un désherbage d’automne, n'est pas conseillé. En effet, les agriculteurs augmentent alors le risque de dérive d'efficacité et de résistance à ces produits. Des pratiques agronomiques comme les faux-semis, le labour… et l’utilisation d’herbicides racinaires en colza (métazachlore –propyzamide – carbétamide) sont des atouts à ne pas négliger pour limiter l’apparition de résistance.

Alterner les modes d’action des herbicides sur toute la rotation est un facteur essentiel d’efficacité. Pour une adventice visée il faut donc parvenir à utiliser alternativement des herbicides appartenant à des familles différentes (lettres différentes du groupe HRAC - Tableau 1). Cette règle de diversité des modes d’action concerne la lutte contre les graminées, et maintenant celle contre les dicotylédones (présence de population de coquelicots résistantes aux  herbicides du groupe HRAC B).


Tableau 1 : Modes d'action herbicides disponibles / noms commerciaux associés

Lettre HRAC
Famille herbicide
Exemples de spécialités
Céréales
Oléagineux
Maïs
A
FOPs
CELIO, BAGHERA, DAIKO*
FUSILLADE MAX
 
DIMEs
 
STRATOS ULTRA, CENTURION, OGIVE
 
DEN
AXIAL Pratic, TRAXOS Pratic
 
 
B
Sulfos
ATLANTIS, ALLIE
 
 
Triazolopyrimidines
ABAK, PRIMUS
 
 
Imidazolinones
 
PULSAR 40 (variétés tolérantes)
 
C2
Urées substituées
Isoproturon, Chlortoluron
 
 
F2
Isoxazoles, Callistémone
 
 
CALLISTO, LAGON, MIKADO
K1
Toluidines/Benzamides
PROWL 400
KERB FLO
 
K2
Acétamides
 
LEGURAME PM
 
K3
Chloroacétamides
FOSBURI*, TROOPER*
COLZOR Trio*
DUAL Gold
N
Thiocarbamates
DEFI, ROXY, DAIKO
AVADEX 480
 























* Certaines spécialités sont composées de plusieurs substances actives, appartenant à des groupes de mode d'action différents (ex : K3+K1, N+A).


Les moyens agronomiques : la rotation avant tout

L’alternance des modes d’action herbicides ne doit pas occulter l’impact des moyens agronomiques. Ceux-ci ont une action bien plus importante que les herbicides, sur la flore adventice, même si ce sont des efficacités PARTIELLES. En effet, autant il est possible de prévoir l’efficacité d’un herbicide (ex : 100 %), autant il est difficile de prévoir celle de la rotation ou du labour, par exemple. L’efficacité est réelle mais très dépendante du type de sol, de l’humidité de celui-ci, de la date d’implantation, etc…

Cette situation est atypique puisque 40 années de monoculture de blé ont été pratiquées sur cette parcelle, jusqu’en 2010. La pression de ray-grass résistants aux FOPS/Sulfos était telle que seule la destruction de la récolte était envisageable. Ainsi, afin de casser le cycle de l’adventice, tout en conservant les 3 types de travail du sol étudiés, un pois de printemps a été implanté en 2011.

Il ressort de cet essai que l'alternance a permis de diminuer les populations d’environ 98 % en travail superficiel, 95 % en semis direct, 100 % en labour), et d'utiliser des modes d’action différents des FOPs/Sulfos. Les densités obtenues sont devenues «gérables».

Les herbicides et les leviers agronomiques doivent être mis en œuvre de façon complémentaire

L'alternance des modes d’action herbicides doit être envisagée aussi bien au niveau de la culture qu'à l'échelle de la rotation. Cela passera obligatoirement par des programmes en colza et en blé, en privilégiant les « racinaires ».

La mise en œuvre de moyens agronomiques présente de nombreux avantages, à condition d’accepter leur variabilité en terme d’efficacité. Les effets annuels étant extrêmement importants, il est essentiel de les envisager sur la durée pour que cela soit véritablement efficace, sans occulter les inconvénients !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10