En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vidéo choix des couverts Cultures intermédiaires

Le choix du couvert dépend de son objectif

29 juin 2017

Protéger le sol, améliorer sa fertilité, favoriser la biodiversité, alimenter un troupeau... l'implantation d'une culture intermédiaire peut répondre à des objectifs variés. Dans cette vidéo, Jean Pauget rappelle les critères pour le choix d'un couvert, ainsi que les modes d'implantation et de destruction possibles.


Différents objectifs peuvent être à l’origine du choix d’un couvert.

Couvrir facilement le sol

Dans ce cas on privilégiera un coût de semences limité et une implantation peu onéreuse tel que le semis à la volée sur déchaumeur. Les espèces possibles sont plutôt des crucifères comme la moutarde blanche ou brune ou une graminée comme l’avoine de printemps.

Accroître la fertilité chimique du sol

Il s’agit d’augmenter la fourniture d’azote à la culture suivante. Pour cela la présence de légumineuse pure ou en mélange est à rechercher. Différentes espèces de trèfles, de vesce, ou de la féverole mélangées ou non avec une crucifère (radis, colza…) ou une graminée (avoine, ou autre céréale, ray-grass) sont alors possibles.


Figure 1 : Réduction du stock d’azote dans le sol par rapport au sol nu par différents couverts en fonction de la quantité d’azote dans les parties aériennes de ces couverts

(Synthèse d’essais conduits de 1991 à 2012 par ARVALIS, ITCF, CREAS, CRAB, CT FDGEDA 10, CA 51)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


NB : La catégorie « non légumineuses » regroupent crucifères ou graminées

Rechercher une action prophylactique

C’est notamment le cas pour limiter le développement de piétin échaudage dans une succession de deux blés. La moutarde brune pure ou en mélange avec de la phacélie ou de la gesse sont des solutions possibles. S’il s’agit de limiter le développement des adventices, il faudra compter sur une croissance rapide du couvert et une couverture dense du sol pour les concurrencer.

Récolter le couvert en fourrage

Des plantes appétantes et riches en énergie et protéines sont alors à privilégier. La réussite de ce type de couvert passe par un semis précoce dans des situations bien fertilisées. Des mélanges tels que « ray-grass d’iItalie + trèfle incarnat » ou « avoine + vesce ou triticale + pois fourragers » peuvent être intéressantes.

Entretenir la biodiversité

Dans ce cas, on choisira des plantes attractives pour les abeilles ou des espèces facilement pénétrables par le gibier. Un semis précoce est à privilégier pour assurer une floraison dès le mois de septembre. « radis + sarrasin + vesce » ou « moutarde + radis + caméline + trèfle d’Alexandrie » sont des exemples possibles pour cet objectif.

Protéger le sol

Il s’agit ici de lutter contre la battance et la reprise en masse, phénomène qui se rencontre dans les sols limoneux. On recherchera alors une bonne couverture du sol et une amélioration progressive du bilan humique. La réussite de cet objectif repose sur une implantation précoce permettant une production de biomasse importante et un système racinaire développé. En cas de sol tassé il est prudent de ne pas compter sur le couvert pour restructurer. Une action mécanique de type décompactage peut s’avérer indispensable.

Pour vous aider à choisir votre couvert selon vos objectifs, ARVALIS propose depuis 2016 un outil en accès libre sur notre site : Choix du couvert.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant