En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Prairie multi-espèces Prairies

Choisir ses espèces selon le contexte et l’utilisation prévue

26 juillet 2018

Le choix des espèces et des variétés à implanter dans une prairie dépend de la pérennité de celle-ci, du contexte pédoclimatique et du mode d’exploitation dominant. L’introduction de légumineuses, tant pour la pâture que pour la fauche, doit être privilégiée pour réduire la fertilisation azotée et les coûts de production.

SommaireChoisir d’abord en fonction de la durée de la prairie
Se replacer ensuite dans son contexte pédoclimatique
Adapter les espèces et les traits variétaux à l’utilisation prévue
Variétés alternatives ou non : quelles différences ?
Mélanges graminées-légumineuses : des intérêts certains

Choisir d’abord en fonction de la durée de la prairie

Pour raisonner son choix d’espèces, la première question à se poser est celle de la pérennité : combien de temps la prairie doit-elle durer ?

Le ray-grass d’Italie (RGI) a une pérennité de 6 à 18 mois, voire 2 ans pour les variétés non alternatives (encadré). De nombreuses légumineuses annuelles développées ces dernières années peuvent accompagner cette espèce peu pérenne. C’est le cas des trèfles d’Alexandrie, incarnat ou de Perse, et d’autres espèces non soumises à certification(1) comme les trèfles de Micheli, squarrosum, resupinatum, frais, vésiculé, etc.

Pour une prairie de 2 à 3 ans, le ray-grass hybride (RGH), le brome et les trèfles violets et hybrides sont des choix pertinents.

Pour une durée de 4 à 5 ans, ray-grass anglais (RGA), fétuque des prés, fléole, trèfle blanc et luzerne sont à préférer ; leur pérennité peut être encore plus élevée en situation favorable.

Au-delà de 5 ans, dactyle et fétuque élevée sont recommandés.

Retour au sommaire

Se replacer ensuite dans son contexte pédoclimatique

Le type de sol doit être également pris en considération. En terrain superficiel et séchant, dactyle, brome, luzerne et lotier corniculé sont à privilégier. A contrario, en situation humide, voire hydromorphe, fétuque des prés, fléole et trèfle hybride conviennent tout à fait. Dans les autres situations, les ray-grass et les trèfles violet et blanc sont adaptés. À noter que la fétuque élevée est une espèce « tout-terrain ».

Concernant le climat, une fois la prairie installée et/ou en dormance, le froid n’est plus à craindre (hors cas extrêmes). Face à la sécheresse, dactyle, fétuque élevée, brome, luzerne et lotier sont les plus résistants. Le RGA ne pousse plus dès que la température dépasse 25°C.

Retour au sommaire

Adapter les espèces et les traits variétaux à l’utilisation prévue

Quelle sera l’utilisation dominante de la prairie : fauche ou pâture ? Presque aussi important que le choix de l’espèce, le choix variétal doit être cohérent avec ses attentes. Il peut compenser les points faibles de certaines espèces.

Au pâturage, RGA et trèfle blanc sont les plus adaptés, avec comme inconvénient de voir leur production faiblir les étés très chauds. En ray-grass, les variétés diploïdes tallent plus, tandis que les tétraploïdes sont plus riches en eau et sèchent moins vite - elles sont donc à éviter en fauche. Sur les trois grands types de trèfle blanc (nain, intermédiaire ou géant), les trèfles blancs géants résistent en général mieux à la fauche que les deux autres types.

Il faut aussi tenir compte de la précocité d’épiaison : pour le pâturage, mieux vaut des variétés demi-tardives ou tardives, qui montent plus tard à épis.

Pour le dactyle et la fétuque élevée, le pâturage printanier est délicat à maîtriser en raison de l’épiaison rapide, située autour de mi-mai pour les variétés les plus tardives. Par contre, pour ces deux espèces non remontantes(2), les repousses des cycles suivants sont exclusivement feuillues, ce qui facilite le pâturage. Il est préférable de chercher des variétés à souplesse d’exploitation longue, c’est-à-dire avec un long intervalle entre le départ en végétation et le stade épiaison. Privilégier des variétés de fétuque élevée à feuillage souple, plus appétentes.

Les RGI, RGH, brome, trèfle violet et luzerne sont des espèces à réserver à une utilisation en fauche dominante, voire exclusive.

Pour faciliter le choix variétal au sein de chaque espèce fourragère, rendez-vous sur www.herbe-book.org.

Issu d’un partenariat entre le GEVES, l’AFPF, ARVALIS – Institut du végétal et le GNIS, ce site centralise et met à disposition gratuitement les informations des variétés fourragères inscrites au catalogue français depuis 2000.

Retour au sommaire

Variétés alternatives ou non : quelles différences ?

L’alternativité est une caractéristique dont il faut tenir compte pour les RGI et les bromes lors des semis de printemps uniquement. Elle désigne l’aptitude des plantes à monter à épis l’année même du semis. Elle a un impact fort par rapport à l’utilisation de la prairie : l’alternativité n’est à rechercher que dans un objectif de fournir un fourrage rapidement après un semis printanier. Au contraire, si l’on souhaite avoir une exploitation en pâture lors d’un semis de printemps, il faut privilégier une variété non alternative, qui a besoin d’être vernalisée (froid et jours courts) pour épier, et qui n’épiera donc pas la première année lors d’un semis de printemps.


Retour au sommaire

Mélanges graminées-légumineuses : des intérêts certains

La fixation symbiotique, phénomène biologique qui fait la renommée des légumineuses, consiste à fixer l’azote atmosphérique à son profit, mais aussi au bénéfice des espèces non-légumineuses associées. Ce processus est l’atout essentiel des prairies associant graminées et légumineuses : économie d’azote, meilleure production estivale, fourrages plus équilibrés en énergie et protéines...

Qu’il s’agisse d’une association à 2 espèces (graminée-légumineuse) ou d’une prairie multi-espèces (3 espèces ou plus), les légumineuses jouent pleinement leur rôle de moteur azoté lorsqu’elles représentent 40 à 50 % de la matière sèche en été. La prairie fonctionne alors sans apport d’azote.

La vigilance doit, par contre, porter sur le phosphore et le potassium car les légumineuses en consomment des quantités importantes. Ainsi, la luzerne exporte 6 kg de P2O5 et 25 à 30 kg de K2O par tonne de matière sèche. En fonction de la disponibilité de ces éléments dans le sol, des apports s’avèreront sans doute nécessaires pour que les légumineuses expriment leur potentiel.

Pour élaborer ses mélanges prairiaux, deux guides de préconisations agronomiques sont disponibles gratuitement sur le site de l’AFPF.

Retour au sommaire

(1) Ces espèces ne subissent pas de tests officiels sur leurs critères agronomiques ni sur leur valeur alimentaire. Elles peuvent être commercialisées sans nom de variétés, et une même espèce peut avoir plusieurs dénominations. De plus, il faut bien noter que certaines espèces, comme les trèfles de Micheli et vésiculé produisent une forte part de graines dites « dures », ce qui entraîne une dormance plus longue ou des germinations décalées.

(2) La remontaison est la capacité d’une espèce (ou variété) à refaire des épis après une exploitation qui a supprimé ceux de la pousse précédente.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

5 commentaires 23 novembre 2018 par REINERT

région Nord Est

23 novembre 2018 par REINERT

avec quelles espèces recharger une luzerne dactyle semée cet automne plus de 50% de perte à fin novembre sol argilo_ calcaire superficiel besoin de fourrage rapidement avant l.été et si possible pérénité de 2années complètes ; merci

03 septembre 2018 par RABEYROLLES

... bref, tout le monde aurait à gagner à inscrire un assolement particulier voir permanent dans un itinéraire mieux décrit et documenté : cela aurait bien plus de sens et permettrait sans doute une amélioration globale de pratiques économiquement rentables, s'appuyant sur une régulation écosystémique plus naturelle donc moins destructrice de notre environnement général, mieux valorisable auprès de consommateurs réceptifs.

03 septembre 2018 par RABEYROLLES

Bonjour, ... il me semble que ce que vous écrivez n'a rien de nouveau ... et même en deçà de pratiques bien plus pointues en pâture notamment d'été ! (semer du dactyle qui s'impose aux autres végétaux associés a t-il encore du sens en production ?) Vous indiquez par ailleurs le site de l'AFPF pour l'élaboration de prairies à destination fauche ou pâture. l'INRA de Toulouse, unité agroécologie et innovation sur le territoire (AGiR), dvpe depuis au moins 6 ans un outil d'aide à la décision / prairie semée à flore variée "CAPFLOR" assorti de nombreux outils pour permettre à l'éleveur d'optimiser sa production en fonction de paramètres pédoclimatiques toute l'année et sur une durée de 6 à 10 ans. Peut être parlons nous de la même chose, sinon c'est le constat que la recherche sur fonds publics ou mutualisés doublonne ? Mais quoiqu'il en soit, ce modèle ou un autre minore l’impact des pratiques des éleveurs dont nombreux ne savent pas utiliser leurs pacages de manière optimale en sur ou sous-pâturant (pour ce qui est du modèle herbager le plus économe en moyens de production). C'est une affirmation qui n'enga

14 août 2018 par Saint-Caméricun

Merci pour ces articles de qualité, bravo !