En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Video faisant le point sur les attaques de rouille jaune lors de la campagne 2011-2012, et rappelant les principaux moyens de lutte contre cette maladie. Maladie des céréales

La rouille jaune, maladie surprise de l'année 2012

10 décembre 2012

Les attaques de rouille jaune ont été particulièrement nombreuses et virulentes lors de la campagne 2011-2012. Les conditions climatiques douces à l’automne 2011, et froides et humides au printemps 2012. Le développement depuis 2011 d’une nouvelle race, Warrior, capable de contourner certains gènes de résistance a encore amplifié le phénomène.


Le printemps 2012 a été très favorable à la rouille jaune. L’inoculum s’est installé à la faveur d’un automne particulièrement doux en 2011, puis a redémarré rapidement en avril dans des conditions climatiques optimales : temps froid, nuageux, et humide. L’épisode de froid intense de février 2012 n’a fait que ralentir l’épidémie. La rouille jaune est un parasite obligatoire, c’est-à-dire qu’il se maintient tant que les tissus végétaux sont vivants.

La rouille jaune se caractérise par la formation de stries alignées le long des nervures en début d’attaque, par opposition à la rouille brune dont les pustules sont réparties de manière aléatoire sur la feuille. Attention cependant, dans le cas d’attaques très précoces, les pustules de rouille jaune peuvent aussi être disposées de manière aléatoire. Dans ce cas, la coloration permet de distinguer ces deux formes de rouille.

Ce champignon peut être très nuisible car il a un fort pouvoir de défoliation. Le remplissage des grains n’est alors plus assuré. C’est la maladie foliaire la plus nuisible, mais heureusement pas la plus fréquente. Des pertes de rendements jusqu’à 70 q/ha ont été enregistrés par le passé ! En 2012, les attaques de rouille jaune ne se sont pas limitées au blé tendre, mais ont affecté également le blé dur, le triticale, voire l’orge.

Le choix de variétés résistants à la rouille jaune est le meilleur moyen de la combattre. Des gènes de résistance spécifique ou partielle ont été introduits dans les variétés par croisement avec des lignées résistantes. Cependant, une nouvelle race de rouille jaune se développe depuis 2011 : Warrior. Elle a la particularité de contenir beaucoup de gènes de virulence qui contournent les gènes de résistance spécifique contenus dans les variétés. Certaines variétés décrites comme résistantes à la rouille jaune jusqu’à présent sont sensibles à cette nouvelle race.

Les fongicides peuvent agir efficacement contre la rouille jaune, à condition qu’ils soient appliqués très tôt, en préventif ou lors des toutes premières attaques. Les triazoles et strobilurines figurent parmi les substances actives les plus efficaces.

Pour en savoir plus sur les moyens de lutte prophylactique contre les maladies du blé tendre, cliquez sur le lien.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10