En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Retrait du cipc : les alternatives possibles - Interdiction du CIPC : comment gérer la transition Pommes de terre

La LMR-t du CIPC entrera en vigueur le 2 septembre prochain

18 février 2021

Le Règlement (UE) 2021/155, paru le 10 février dernier, fixe une Limite Maximale de Résidus temporaire (LMR-t) à 0,4 mg/kg pour le Chlorprophame (CIPC) suite à son interdiction d’utilisation depuis le 8 octobre 2020 à l’échelle de l’Union Européenne. Cette LMR-t entrera en vigueur à partir du 2 septembre 2021.

La fixation d’une Limite Maximale de Résidus temporaire est liée à la rémanence possible de la molécule présente dans les bâtiments de stockage ayant servi à la conservation des tubercules de pomme de terre sur lesquels ce traitement antigerminatif était pratiqué. La LMR actuelle de 10 mg/kg s’appliquera donc sur tous les tubercules commercialisés lors de la campagne en cours, avant que n’entre en vigueur la LMR-t de 0.4 mg/kg à partir de début septembre pour la prochaine récolte.

Cette valeur a été déterminée à partir des résultats d’expérimentation et d’enquête validés par l’EFSA. Elle correspond au percentile 97.5 des données fournies. Pour satisfaire au mieux à cette LMR-t, les mesures de nettoyage appropriées doivent être mises en œuvre au cours de l’intersaison à venir, si ce n’a pas déjà été le cas lors de la précédente intercampagne.

Cette LMR temporaire sera régulièrement réexaminée par la Commission, sur la base de données de surveillance qui devront être fournies par la filière pour le 31 décembre de chaque année, y compris celle en cours. Ainsi, les organisations professionnelles et interprofessionnelles françaises sont, dès à présent, impliquées dans la mise en œuvre d’un plan de surveillance national qui s’appuiera sur l’échantillonnage de plus de 300 bâtiments de stockage au cours de cet hiver et du printemps. Ces résultats seront regroupés dans une base de données communautaire pilotée par la Potato Value Chain(*).

*La Potato Value Chain regroupe les différentes organisations européenne de la filière pomme de terre que sont Copa-Cogeca (pour la production), Europatat (Pour la mise en marché sur le frais), ESA et EUPPA (Pour la transformation industrielle destinée à la consommation humaine) et Starch Europe (pour la production de fécule).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 22 février 2021 par LEFORESTIER

la profession devrait engager une procédure contre l'état. Un produit ayant été homologué dans les règles est désormais interdit. L'usage de ce produit a avantagé toute la filière par son coût et son efficacité. Nettoyage, changement de pallox (voir de bâtiment!) la "potato value chain" est elle prête à aider ses producteurs ???

19 février 2021 par LUTUN

Supprimer le circuit est une histoire d argent pour quelques gros faiseurs de la chimie et de la distribution au détriment d un certain nombre de producteurs de pommes de terre . Aujourd’hui, beaucoup de producteurs ont du vendre leurs marchandises en toute hâte car ayant pas de bâtiment adapté au gazage . Je ne pense pas qu avec le circuit, depuis son utilisation, qu il y a eu autant de deces que le virus en si peu de temps. Je répète :SCANDALEUX la suppression François lutun 59600 Villers sire Nicole

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10