En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Vidéo évoquant le problème de résistance des adventices aux inhibiteurs de l'ALS. Lutte contre les adventices

La généralisation des inhibiteurs de l'ALS favorise le développement des résistances

23 octobre 2012

Les inhibiteurs de l’ALS sont sélectifs de la quasi-totalité des grandes cultures pour le contrôle de toutes les adventices ou presque. Cependant, leur utilisation répétée a conduit au développement de nombreuses résistances chez beaucoup d’espèces d’adventices différentes.


Deux tendances sont observées par rapport aux herbicides et à leur utilisation :

• La possibilité d’utiliser des inhibiteurs de l’ALS tels que les sulfonylurées ou les imidazolinones dans la majorité des grandes cultures.
• La réduction du nombre de molécules à disposition, ce qui réduit de fait le nombre de modes d’action différents.

En l’absence de résistances, les inhibiteurs de l’ALS, une enzyme spécifique des végétaux, agissent efficacement à faible dose. De plus, ils présentent un bon profil environnemental. Le contexte est donc extrêmement favorable à leur utilisation répétée.

Les sulfonylurées et les imidazolinones sont des inhibiteurs non compétitifs de l’ALS, c’est-à-dire qu’ils ne se fixent pas sur le même site actif que le substrat : le substrat se lie au site actif, et l’inhibiteur à un autre site de fixation. L’inhibiteur entraîne alors une modification du site actif, ce qui empêche la transformation du substrat en produit (voir figure 2). Cependant, leur utilisation répétée produit très rapidement des adventices résistantes par mutation de la cible de fixation de l’inhibiteur à l’enzyme (voir figure 3). En règle générale, les phénomènes de résistance sont constatés après 3 à 5 utilisations des inhibiteurs de l’ALS.

A travers le monde, plus de 100 espèces sont résistantes aux inhibiteurs de l’ALS, dont les ¾ sont des dicotylédones.

Figure 1 : Cas d'une réaction enzymatique classique sans présence d'inhibiteurs




Figure 2 : Cas d'une réaction enzymatique est bloqué par un inhibiteur de l'enzyme



Figure 3 :
Cas de la mutation du site de fixation de l'inhibiteur de l'enzyme


Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant