En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blockchain et partage de données Vidéo

La blockchain, un nouvel outil de gestion des données agricoles

28 juin 2018

Créée à l’origine pour l’échange de monnaie virtuelle sans intervention d’un tiers, la blockchain s’invite dans la sphère agricole. Quels usages en attendre ?

 

La blockchain est une sorte de « registre » décentralisé et incorruptible qui permet de partager des informations certifiées. Tout ce qui est enregistré dans ce registre est circonstancié (qui, quoi, quand…) et ne peut plus être modifié.

Cette technologie a été initialement développée pour l’échange de Bitcoinentre individus sans intervention d’un tiers ou d’un acteur central. A partir de ce principe, des projets se montent depuis peu pour valoriser la blockchain sur d’autres valeurs que l’argent.

En agriculture, sa première application tient à la traçabilité des transactions : la blockchain assure une chaîne de confiance entre le producteur et le consommateur.

A l’heure où les capteurs envahissent les exploitations, et génèrent beaucoup de données, elle pourrait être un outil précieux dans la maîtrise et le partage de ces données. L’agriculteur pourrait ainsi attribuer des droits d’accès et de valorisation de ses données. On parle d’un « registre de consentements ».

Le développement de la blockchain en agriculture fait l'objet d'un livre blanc, cosigné par Atos, leader international de la transformation digitale, et l’Acta-les instituts techniques agricoles. Rédigé sur la base d’interviews de personnalités de l’écosystème agricole et d’acteurs du numérique, ce livre blanc aborde les questions majeures de la transformation numérique de l’agriculture. Il présente également des applications concrètes ou potentielles initiées par différents acteurs du monde agricole.

Pour en savoir plus, téléchargez le livre blanc « La blockchain dans le monde agricole : quels usages pour quels bénéfices ? – Vers l’agriculture de confiance ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant