En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Demande et offre en eau pour l’agriculture de demain Vidéo

L’irrigation, un enjeu de durabilité pour l’agriculture

28 mai 2020

Avec l'augmentation des températures, liée au changement climatique, l'évapotranspiration des plantes augmente et le bilan hydrique des sols se dégrade. Sans prise de conscience de la société sur les enjeux liés à l'eau, l'agriculture risque d'être fortement pénalisée. L'irrigation apparaît donc comme garante de la durabilité économique, environnementale et sociale dans beaucoup de territoires français pour Guillaume Benoit, ingénieur des ponts, des eaux et des forêts (CGAAER).

Le changement climatique est déjà une réalité sur le territoire français. Il ne se manifeste pas tant par une baisse des pluies, mais plutôt par une augmentation des températures. Comme il fait plus chaud, l’évapotranspiration augmente et donc le bilan hydrique des sols se dégrade.

Pour Guillaume Benoit, « l’enjeu de l’irrigation n’est pas d’augmenter la production, mais de sauvegarder ce qui fait notre pays dans beaucoup de territoires. »

Améliorer l’efficience de l’eau dans les systèmes agricoles

Pour y répondre, il voit deux grands axes de solutions : l’offre et la demande en eau.

La demande représente les économies d’eau : il faut une plus grande efficience dans son usage (irrigation de précision par exemple) ou des modes de conduite plus résilients au changement climatique comme l'agriculture de conservation.

L'offre correspond aux ressources en eau disponibles. Agir sur cette offre, c'est agir sur trois grands axes : la réutilisation d’eau usée traitée, les transferts ou le stockage. Toutefois, le stockage ne doit pas être abordé dans une vision seulement agricole, mais se placer dans l’intérêt général et de multi-usages.

Stocker l’eau dans une vision d’intérêt général et de multi-usages

Pour guillaume Benoit, "le stockage de l’eau est très important, y compris pour maintenir de l’eau dans les rivières l’été, pour l’eau potable, ou encore pour tous les services rendus par l’eau. Pour les régions bénéficiant de grands stockages hydro-électriques, l’utilisation de l’eau stockée devra être rediscutée. Pour celles où il n’y a pas de grandes réserves, la question du stockage se pose : si rien n'est fait, l'agriculture pourrait  disparaître dans certaines zones avec des conséquences qu’il faut peser, mesurer. Il n’y a pas de réponse à la question « qui doit faire le stockage ? ». Cela dépend de chaque territoire, c’est un travail conjoint entre les collectivités, et les utilisateurs et d’abord le monde agricole."

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 29 mai 2020 par MARTIN

Le problème, jeune homme et cher collègue, n'est pas la creation de la ressource mais la mauvaise répartition dans le temps des précipitations et donc des débits des écoulement d'eau. Ceci pour tous les usages de l'eau mais particulièrement pour l'irrigation des terres agricoles. Le second problème est la mauvaise efficience de l'eau des dispositifs d'irrigation, comme la submersion ou comme certains canons d'aspersion . Depuis l'antiquité, la société a paré au problème en créant des barrages. Or la société actuelle bute depuis peu, devant le troisième problème, la diabolisation des ouvrages de retenue d'eau par un groupe de pression sans compétence en hydraulique, en hydrologie en hydrogéologie et en gestion des ressources en eau. Le dernier gros ouvrage structurant destiné à l’alimentation en eau potable, à l'irrigation des terres agricoles et au soutien des étiages a été mis en service en France en 1982 sous la maitrise d'ouvrage du département des Deux Sèvres ! suivi par un second pour le soutien des étiages de la Sèvre Niortaise ! En 1976, cette rivière coulait dans le sens des pompages pour l’alimentation en eau potable; les exploitants ont épuisé les biefs! Cherchez l'erreur !

29 mai 2020 par CALBO

il faut assouplir la reglementation dans certaines regions l agriculture sans eau deviendra impossible de la part de christian calbo

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10