En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Les variétés de blé et le changement climatique Vidéo

Changement climatique : jouer sur la précocité et la tolérance des variétés

28 août 2019

Des études ont clairement montré que le réchauffement climatique est impliqué dans la stagnation des rendements du blé tendre. Quelles sont les pistes de recherche pour reconquérir des quintaux dans ce contexte ?


Aujourd’hui, les travaux de l’institut, notamment avec la plateforme Phénofield, se tournent vers l’évaluation de la tolérance à la sécheresse des variétés. Les premiers résultats ont montré que certaines d’entre elles perdent au moins 10 % de rendement en moins que leurs voisines en situation de stress hydrique. Si ce n’est pas la seule solution pour s’adapter au changement climatique, c’est un levier important.

Parmi les autres leviers, la précocité des variétés est un axe de recherche majeur. Il s’agit de construire des types de précocité permettant de limiter le stress climatique au même niveau qu’aujourd’hui pour les cultures de demain. L’objectif est donc de décaler le cycle de la culture pour éviter les stress plus marqués dans l’avenir. Dans les projections actuelles, les blés devraient être naturellement plus précoces d’une semaine d’ici 20 ans du fait de l’augmentation des températures. Mais il faudrait qu’ils le soient d’une semaine supplémentaire pour éviter les stress.

Cette adaptation passera beaucoup plus par l'évolution génétique de la précocité des variétés plutôt que par l’avancée des dates de semis. Cette dernière option a beaucoup moins d’impact sur la vitesse de développement du blé d'hiver.

Autre piste d’adaptation : sélectionner des variétés tolérantes à l’échaudage. C’est un sujet jusqu'à présent peu travaillé qui commence à être traité dans plusieurs projets de recherche.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 31 août 2019 par FARAVEL

Dans le Sud Est de la France et en sol très séchant dans ma commune pas de pluie suffisante pour le blé depuis le semis en automne 2018 presque aucune précipitation, du coup récolte 2019 catastrophique, (travail a perte), j'en viens a me poser la question si dans les années à venir on va pouvoir tirer un revenu de ces terres ou s'il faut les laissées à l'abandon

31 août 2019 par FARAVEL

Dans le Sud Est de la France et en sol très séchant dans ma commune pas de pluie suffisante pour arroser le blé, depuis l

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10