En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Miniature piège tube perforé Lutte contre les insectes du stockage

Installer des pièges pour une détection précoce et un traitement approprié

14 mars 2018

Avec la remontée des températures au printemps, l'heure est à la surveillance des stocks pour intervenir avant que les populations d'insectes n'augmetent de façon exponentielle. L’utilisation de pièges, en pomme d’arrosoir ou en tube perforé, permet de détecter leur présence et de déclencher un traitement au bon moment. Retour sur les essais réalisés sur ces pièges.

Une enquête réalisée par FranceAgriMer auprès de 95 silos deux années consécutives (2010 et 2011) a révélé que les lots de céréales traitées dès la réception étaient au printemps tout autant infestés par des insectes des grains que les lots non traités. En effet, la persistance d’action des insecticides est insuffisante pour protéger le grain sur une longue période. Mieux vaut donc traiter lorsque l’on est sûr de la présence des insectes. Par ailleurs, il est important de les détecter le plus tôt possible pour éviter des infestations non maîtrisées et les pertes financières qui s’en suivent. La pose de pièges dans les stocks de grains s’inscrit dans cette optique pour une détection précoce des insectes et un traitement approprié.

Un plus grand nombre d’infestations signalées grâce aux pièges

Deux types de pièges sont disponibles pour les insectes non volants : les pièges en pomme d’arrosoir et les pièges en tubes perforés.

Ces pièges sont sans appât, les insectes circulant sur le grain tombent dedans par hasard et ne peuvent en sortir. Pour vérifier la capacité de ces deux types de piège à détecter la présence d’insectes, ils ont été installés dans 15 silos à plat qui ont ensuite également fait l’objet de prélèvements de grains en vue de déterminer la présence d’insectes. Les pièges ont été laissés en place 3 semaines puis, une fois relevés, les captures des pièges ont été comparées aux insectes retrouvés dans les prélèvements de grains.

Il ressort de cette comparaison que les pièges identifient un plus grand nombre de situations d’infestation. Les pièges ont ainsi permis de déceler une infestation dans 9 silos sur 15, alors que les prélèvements de grains ne permettent de détecter une infestation que dans 7 silos sur 15. Par ailleurs, les pièges permettent d’identifier un plus grand nombre d’espèces d’insectes que les échantillons de grains.

Les tubes perforés : une alerte efficace

Le type de piège semble également avoir une incidence sur les captures. Les ravageurs primaires comme le charançon (s. orizae) ou le capucin (r. dominica) sont moins souvent retrouvés dans les pièges en « pomme d’arrosoir ». En revanche, les ravageurs secondaires, plus mobiles se retrouvent dans les deux formes de pièges. Les pièges de type « tube perforé » semblent donc être des systèmes d’alerte particulièrement efficaces. Ces premiers résultats, qui demanderaient à être confirmés dans un plus grand nombre de situations, sont néanmoins très prometteurs.

Photo 1 : Piège en « pomme d’arrosoir »


Photo 2 : Piège de type « tube perforé »


Les pièges en forme de tube TRECE PROBE 2 sont distribués par la société LODI Group, basée en bretagne. Pour se procurer des pièges en pomme d’arrosoir PC PITFALL TRAP, il faut se rapprocher de la société Edialux, dans l’Ain.

En cas de présence d’insectes avérée, il est recommandé de refroidir le grain si possible pour enrayer la prolifération et prendre contact avec son organisme stockeur pour faire réaliser un traitement insecticide.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10