En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Feuillage de pomme de terre sain vu de dessus. Croissance et tubérisation

Feuillage : des sensibilités différentes à la lumière

29 mars 2011

Aux germes succèdent des jeunes pousses, puis des tiges feuillées qui acquièrent progressivement leur autonomie vis-à-vis du tubercule-mère, et assurent la nutrition et le fonctionnement physiologique de la plante.

Après la levée, dès qu’il est fonctionnel, le feuillage élabore des substances de tubérisation analogues à celles synthétisés en cours de conservation par le tubercule mère ; et tant que ce dernier n’est pas épuisé, la plante subit simultanément ces deux influences.

La température et la photopériode jouent alors un rôle important sur les mécanismes de croissance et de tubérisation. Les basses températures sont favorables à la tubérisation et défavorables à la croissance. Les températures élevées agissent à l’inverse : au-dessus de 20 °C, la tubérisation peut même dans certains cas être arrêtée.

Les jours courts (temps d’éclairement limité) sont bénéfiques à la tubérisation. Les jours longs la retardent ou même l’arrêtent complètement. En revanche, ils sont favorables à la croissance.

La température et la photopériode agissent le plus souvent dans le même sens et leurs actions respectives se cumulent.

Chaque variété possède une réaction à la photopériode qui lui est propre. On distingue des variétés à « longueur critique de jour » basse et des variétés à « longueur critique de jour » élevée. Pour une variété donnée, la « longueur critique » est la valeur de la longueur de jour à partir de laquelle la tubérisation est arrêtée. Elle varie de 13 à 16 heures, mais la température ambiante peut légèrement la modifier.

Les variétés à « longueur de jour » basse sont en général les variétés tardives à long cycle végétatif. Elles doivent être plantées tôt afin que suffisamment de substances de tubérisation aient été synthétisées par le feuillage durant les jours courts de printemps et que les possibilités de repousse soient ainsi diminuées.

Les variétés à « longueur critique de jour » élevée sont, pour la plupart, des variétés hâtives et demi-hâtives : elles peuvent être plantées plus tard que les précédentes sans que leur tubérisation en soit perturbée.

Courbe théorique de tubérisation de deux lots d'une même variété :
1 à incubation avancée au moment de la plantation, 2 à faible incubation
(d'après Madec et Perennec)

Retrouvez ici nos articles sur le rôle du tubercule-mère et sur le boulage

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

Mots-clés :

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10