En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Irrigation de la pomme de terre

Gérer l’eau demain

21 décembre 2010

Le projet Eauption Plus a pour objectif de donner les moyens aux producteurs d’optimiser leur production dans le contexte de ressource en eau actuel et d’anticiper un éventuel contexte de ressource plus limitée.

Les travaux conduits dans le domaine de l’irrigation s’inscrivent dans le cadre général de la maîtrise de l’utilisation de l’eau. Ils tiennent compte des orientations de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30/12/2006 et de l’encadrement de la ressource en eau de plus en plus effectif dans les départements producteurs. « Donner les moyens aux producteurs d’optimiser leur production dans le contexte de ressource en eau actuel et d’anticiper un éventuel contexte de ressource plus limitée », tel est l’objectif du projet EauptionPlus coordonné par Agro-Transfert ressources et territoires dans le cadre duquel s’inscrivent les essais présentés sur la plateforme.

Variétés tolérantes à la sècheresse et indicateurs de tolérance

L’essai présenté à Villers-Saint-Christophe fait partie d’un réseau d’essais dont les objectifs sont, à partir de la comparaison des résultats en conduite irriguée et non irriguée :
- de caractériser le comportement de dix variétés couvrant une large gamme de précocité et réputées différentes au niveau de leur tolérance à la sécheresse (productivité et qualité),
- de rechercher des indicateurs morphologiques ou physiologiques (ou biochimiques) de tolérance sur la plante (vitesse d’installation de la biomasse foliaire, vitesse de croissance, teneurs des feuilles en chlorophylle, flavonoïdes, discrimination isotopique du carbone C12/C13, vitesse de maturation…).
Ces éléments doivent permettre :
- d’identifier des variétés tolérantes au stress hydrique et des précocités les mieux adaptées aux contextes de ressource en eau limitée.
- de choisir les meilleurs témoins à utiliser en essais variétaux et d’identifier des indicateurs de tolérance pertinents, potentiellement utilisables en sélection et en évaluation variétale.

Les variétés à végétation développée consomment-elles plus d’eau que les autres ?

Un essai est réalisé afin de comparer la consommation en eau de trois variétés de pomme de terre de précocité équivalente, mais de biomasse et de port différents : Spunta, Charlotte et Agata. Les résultats 2009 indiquaient des consommations d’eau équivalentes, en relation avec la dynamique de couverture foliaire, et peu impactées par le volume de biomasse. Les sondes capacitives Bien conduire l’irrigation nécessite de bien connaître l’état hydrique du sol, c’est-à-dire son humidité ou sa tension. Des sondes capacitives permettant de mesurer l’humidité du sol sont diffusées depuis quelques années : sondes Sentek, distribuées par Agralis, sondes CropSense distribuées par John Deere Water. Ces sondes sont actuellement utilisées sur des sites ARVALIS-Institut du végétal, pour évaluer leur utilisation pour le pilotage des irrigations.

Comment bien répartir un volume d’eau limité ?

Tel est le thème de l’essai où l’on étudie trois modalités d’apport de 900 m3 sur Bintje pour produire des frites : cinq irrigations de 18 mm.
Modalité 1 : début des irrigations à partir de 65 jours après plantation (stade couverture maximale), dose 18 mm X min 7 jours (2,6 mm/j). C’est la modalité qui a donné le meilleur résultat en 2009, année moyennement sèche jusqu’à couverture maximale et sèche pendant le grossissement des tubercules.
Modalité 2 : début des irrigations à partir du stade « début initiation de la tubérisation » (45 jours après plantation), 18 mm X min 7 jours : 2,6 mm/j : modalité moins bonne en 2009.
Modalité 3 : intérêt de réduire les doses d’irrigation, unitaires : sept irrigations de 12,5 mm au lieu de cinq fois 18 mm.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10