En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Risque gel sur maïs - maïs à 2 feuilles Repères 2017

Gel sur jeunes maïs : pas d’inquiétude particulière

27 avril 2017

Pour les maïs déjà semés, qui se situent entre la levée et le stade 4 feuilles, les gelées de ces derniers jours ne devraient pas causer de dégâts, à quelques pertes de pieds très localisées. Explications.

Le climat plutôt sec de ces dernières semaines et les bonnes conditions de structure et de ressuyage des sols ont incité les producteurs de maïs à sortir les semoirs très tôt cette année.

A l’échelle de la France, quelque 30 % des surfaces de maïs grain étaient semées au 10 avril contre à peine 5 % à la même date les deux campagnes précédentes.

Au 24 avril, plus de 80 % des surfaces de maïs grains étaient semées selon l’estimation du réseau des ingénieurs régionaux d’ARVALIS – Institut du végétal.

Des gelées sans risque majeur avant le stade 4-5 feuilles

Or, depuis le 15 avril, les températures minimales sont en chute, souvent négatives sous abri, en lien notamment avec des éclaircies nocturnes et un vent de Nord / Nord-Est. Elles occasionnent des gelées blanches localisées, plus marquées dans la moitié Nord-Est (figure 1).


Figure 1 : Nombre de jours avec des températures minimales négatives entre le 15 avril et le 1er mai 2017

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pour les parcelles non levées, c’est la température du sol qui est à prendre en compte. Celui-ci a un effet « protecteur » : la plante n’est pas touchée par le gel.

Pour les productions au stade postlevée, les jeunes feuilles se trouvent par contre exposées à la température de l’air. Un gel de quelques heures est suffisant pour les détruire. Les effets visuels de températures gélives sur les feuilles déployées sont bien connus : dans un premier temps, elles brunissent rapidement, puis elles deviennent plus ou moins translucides. Par contre, jusqu’au stade 4-5 feuilles visibles, le méristème apical (apex), qui produit les feuilles une par une, est encore dans le sol. Il est donc bien protégé des basses températures. Dans la majorité des cas, les nouvelles feuilles formées, mais pas encore visibles, se développeront et les conséquences seront limitées. Toutefois, sur certaines plantules, les feuilles gelées, en se repliant plus ou moins sur elles-mêmes, peuvent bloquer le déploiement des nouvelles feuilles formées. Dans ce cas, il y aura perte de pieds.

En conséquence, suite aux gelées matinales de ces derniers jours, ne rien faire et attendre : la parcelle n’est pas détruite.

En revanche, il faudra être prudent lors des traitements herbicides de postlevée précoce, pour laisser à la plante fragilisée par le gel du temps pour repartir en végétation. Attention au risque de manque de sélectivité des mélanges herbicides, d’autant plus si les amplitudes thermiques élevées (> 15°C) se maintiennent avec des températures minimales inférieures à 6°C.

Et pour les semis à venir ?

Au semis, on recherche une levée rapide et homogène. La graine doit être au contact de l’humidité et dans des conditions d’aération suffisante pour permettre la germination.

Dans les conditions actuelles, le semis devra être suffisamment profond (≥ 4 à 5 cm) pour échapper au gel, aux oiseaux et au dessèchement superficiel du sol, et pas trop profond (< 8-9 cm) pour limiter l’épuisement des réserves de la graine par l’élongation du coléoptile, réduire la durée de l’émergence et donc échapper au parasitisme.

En cas de sol sec en surface, il faut choisir une option franche (semis tout en surface dans le sec ou tout en profondeur dans le frais) plutôt qu’un compromis qui ne permettrait la levée que d’une partie des semences en cas de temps sec prolongé. Dans un sol ressuyé, la semence se conserve très bien s’il n’y a pas assez de chaleur pour germer et pour lever. Une semence qui commence à germer (gonflement) ne doit pas s’arrêter jusqu’à la levée.

Comme il n’y a pas urgence à semer, il est possible attendre quelques jours si une période pluvieuse est annoncée, pour semer (et éventuellement désherber) avant la pluie.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 29 avril 2017 par NEENDURTAL

C'est tout de même triste à pleurer mais si cela repart ...on pourra alors avoir une pensée émue pour les arboriculteurs et les viticulteurs pour qui cela semble beaucoup plus terrible !!!! On attends une confirmation du "bon signe" mardi ou mercredi de votre part !!!

28 avril 2017 par CARPENTIER

Bonjour, avec le retour de températures minimales moins fraîches, vous devriez rapidement voir la reprise en végétation des plantes : une nouvelle feuille verte devrait sortir, preuve que la plante est vivante... Conseil, pour une bonne gestion de vos traitements herbicides à venir, je vous conseille de prendre en compte la première feuille (celle qui a son extrémité arrondie. De même, si des feuilles ont été détruites par le gel, ne pas oublier de les prendre en compte...

28 avril 2017 par BANDIT

Bonjour, c'est alors moins catastrophique que ce que l'on peut voir dans nos champs ! j'ai du maïs à 2-3 feuilles ( on ne compte pas la première) et en ouvrant un qui avait les 2 premières feuilles translucides j' ai vu que le coeur était bien vert , c'est donc bon signe .?

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10