En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Miniature de la video fusariose épis Epidémiologie

Fusarium graminearum progresse dans le rachis

26 mai 2016

Il existe deux types de fusarioses de l’épi du blé tendre : la fusariose « classique » due à Fusarium graminearum, et les fusarioses du genre Microdochium, provoquées par M. nivale et M. majus. A la différence des secondes, le pathogène de la première est capable de progresser dans le rachis et d'affecter l'ensemble de l'épi.

ARVALIS – Institut du végétal a étudié de 2010 à 2012 les différences de comportement au niveau de de l’épi de la fusariose « classique », F. graminearum, et les fusarioses du genre Microdochium, M. nivale, et M. majus. Quatre micro-parcelles ont été créées : une pour chacune des trois espèces de fusariose étudiées, plus le témoin. Dans chaque micro-parcelle, un seul épillet par épi est inoculé avec une solution à base de lait et de spores d’un des trois champignons. Le témoin est inoculé avec du lait pour se placer dans des conditions parfaitement reproductibles.

L’observation des symptômes a permis de montré que F. graminearum est capable de pénétrer le rachis, et de le nécroser. Conséquence : l’alimentation de la partie se situant au-dessus de la nécrose est stoppée, ce qui génère l’échaudage complet de la partie supérieure de l’épi. De plus, F. graminearum contamine également les étages inférieurs en progressant vers le bas dans le rachis. En revanche, Microdochium, que ce soit M. nivale ou M. majus, reste confiné à l’épillet inoculé, et ne peut progresser que par contact avec les autres épillets. Il ne nécrose pas le rachis. Le stade d’inoculation, à l’épiaison ou à la floraison, ne fait que décaler l’apparition de symptômes, mais ne modifie pas le comportement des champignons.

Repères pour lutter contre ces champignons

Mais, aux premiers symptômes sur épis, il est trop tard pour intervenir.

Pour rappel, la décision de traiter se raisonne par rapport aux risques agronomiques (gestion des résidus du précédent), la sensibilité variétale et le climat au moment de la floraison.

La protection fongicide contre ces différentes espèces de champignons est un peu différente en termes de matière active :
- contre Microdochium spp. : le prothioconazole est le seul triazole efficace en pratique. Le prochloraze présente aussi des potentialités intéressantes. Les strobilurines ne présentent plus d'intérêt sur M. majus et M. nivale depuis la généralisation de la résistance.
- contre Fusarium spp : il est possible d’utiliser des triazoles tels que le prothioconazole, le tébuconazole ou le metconazole ou encore le thiophanate-méthyl.

En revanche, le stade d'intervention est le même, c'est à l'apparition des premières étamines dans la parcelle.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10