En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
ARVALIS - CETIOM Infos

Finition des bovins : de l'enrubannage pour les génisses

29 octobre 2013

Des régimes produits sur les exploitations, à base d’enrubannage de fétuque élevée ou de luzerne et de blé, conviennent pour engraisser des génisses limousines « rajeunies », présentant des viandes très claires et des gras blancs.

Les génisses limousines dites « rajeunies » sont abattues entre 13 et 15 mois, essentiellement pour l’exportation, mais ce nouveau débouché demande des viandes très claires et un gras blanc.

L’engraissement exige donc des régimes capables d’assurer ces spécificités tout en sécurisant l’alimentation. L’enrubannage d’herbe, de fétuque élevée ou de luzerne, permet de construire des rations simples produites sur l’exploitation et suffisamment denses en énergie pour finir des génisses jeunes, tout en sécurisant au maximum la ration et en assurant les couleurs de la viande et du gras demandées par le marché.

La Ferme Expérimentale des Bordes* l’a confirmé en expérimentant, à l’automne 2012, deux rations mixtes à base d’enrubannage et de blé. Pour les deux types de prairies, afin d’obtenir un fourrage de bonne qualité, le fourrage est récolté tôt : en début d’épiaison pour la fétuque élevée et début bourgeonnement pour la luzerne.

Utiliser de l’enrubannage de fétuque permet de gagner environ 200 kg de blé et 20 kg de tourteau par génisse à l’engraissement par rapport à une ration sèche blé, tourteau de colza, tourteau de tournesol.

Des rations mixtes enrubannage et blé

L’enrubannage est distribué à volonté pendant l’intégralité de l’engraissement et constitue la ration de base de deux lots de 15 génisses limousines. Elles pèsent 336 kg vif en septembre 2012 et sont alors âgées de 11 mois. Elles sont abattues en février 2013, après 135 à 140 jours d’engraissement, âgées de 15,5 mois.

Pour sécuriser la ration, l’enrubannage de fétuque est complété avec 3 kg de blé, 1 kg de tourteau de colza et 1 kg de tourteau de tournesol.
L’enrubannage de luzerne est, quant à lui, complété avec 3,5 kg de blé (tableau 1). L’enrubannage est disponible à volonté à l’auge, le concentré est distribué pour moitié le matin et pour moitié le soir. L’enrubannage de fétuque élevée a été récolté sur la Ferme des Bordes avant épiaison, entre le 5 et 15 mai en 1er cycle, à 60 % de matière sèche. Le stade de récolte est primordial (autour de 750 °C en base 0 à partir du 01/02) afin de garantir une digestibilité et une valeur énergétique élevées du fourrage, nécessaires pour engraisser des jeunes bovins. Il apporte 0,75 UFV/kg MS en moyenne.

L’enrubannage de luzerne a été acheté à l’extérieur. Il s’agit d’une première coupe fauchée le 18 mai au stade début bourgeonnement et récoltée à un taux de 70 % de MS. Il apporte 0,67 UFV/kg de MS en moyenne. La qualité de conservation des deux enrubannages est bonne.

Un « plus » pour l’enrubannage de fétuque

Les génisses affichent de bonnes croissances avec l’enrubannage de fétuque élevée : avec 1 025 g de gain moyen quotidien (GMQ), les performances sont semblables à celles obtenues avec une ration sèche testée précédemment à base de blé à volonté, de tourteau de colza et de tourteau de tournesol. Les croissances obtenues avec l’enrubannage de luzerne sont en retrait de 163 g/jour à 862 g/jour en moyenne. Ceci est sans doute dû à la plus faible valeur énergétique de la luzerne et à une complémentation énergétique insuffisante de la ration (tableau 2). Les consommations totales sont similaires entre les deux régimes.

L’indice de consommation se révèle moins bon pour le régime « enrubannage de luzerne » que pour le régime « enrubannage de fétuque », avec 9,97 contre 8,83 kg MS consommés par kg de gain de poids vif.

Les animaux n’ont présenté aucun problème sanitaire particulier. La couleur des carcasses et celle du gras sont conformes à la demande du marché. Ces régimes sont particulièrement adaptés à des naisseurs qui « repoussent leurs génisses » et envisagent de les finir sur des durées d’engraissement très courtes, inférieures à 4 mois, pour valoriser des bâtiments existants, par exemple en vêlages d’automne. Par rapport à une ration sèche, utiliser de l’enrubannage de fétuque leur permet d’économiser environ 200 kg de blé et 20 kg de tourteaux par génisse à l’engraissement.







(1) GMQ engraissement : Gain moyen quotidien engraissement vif (Moyennes pondérées par la durée de la période)
(2) GMQ carcasse : Gain moyen quotidien carcasse (Moyennes pondérées par la durée de la période)
(3) IC vif : Indice de Consommation vif : kg de MS consommés/kg gain de vif
(4) IC carcasse : Indice de Consommation carcasse : kg de MS consommés/kg gain de carcasse

* À Jeu-les-Bois dans l’Indre, la Ferme Expérimentale des Bordes regroupe ARVALIS - Institut du végétal et 4 Chambres d’Agriculture (Indre, Cher, Creuse et Haute-Vienne) au sein de l’OIER des Bordes.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10