En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vue générale d'un essai variétés de blé tendre au stade remplissage en juillet 2021 en Lorraine Messagerie Lorraine

Fin du remplissage des blés : les PMG devraient être satisfaisants

08 juillet 2021

Entre températures échaudantes et fraîches, la météo de ces dernières semaines n’est pas sans conséquences sur la composante de rendement « poids de mille grains », la dernière à se mettre en place. Le point sur la situation, sachant que le nombre d’épis/m² est dans une bonne moyenne et les fertilités d’épis, correctes.

Quelques repères temporels

Les blés ont démarré leur remplissage autour du 10 juin sur la majorité de la région, lors de la floraison. A partir de cette date, l’élongation du grain et la formation de l’enveloppe ont eu lieu grâce à une multiplication cellulaire intense et ce, jusqu’au stade grain laiteux. A ce stade, les grains ont atteint leur taille définitive (autour du 25 juin cette année). Depuis, ils constituent leurs réserves en amidon et en protéines jusqu’au stade grain pâteux, actuellement en cours d’apparition.

Figure 1 : Dates repères du remplissage des blés en Lorraine pour la récolte 2021

Quels éléments climatiques clés prendre en compte ?

Le remplissage des grains se déroule en grande partie grâce au phénomène de photosynthèse : bien que l’on observe une sénescence des plantes, les dernières feuilles encore vertes favorisent la photosynthèse et donc, la circulation de la sève dans les plantes qui permet l’accumulation des réserves dans les grains. L’optimum de photosynthèse se trouvant autour de 14°C, c'est là que cette accumulation est maximale. Lorsque les températures sont trop élevées, le bon fonctionnement de la plante est impacté. On parle alors d’échaudage.

C’est ce qui s’est passé en Lorraine entre le 14 et le 19 juin, avec des températures maximales supérieures à 30°C. Cette séquence a eu pour conséquence d’affecter l’élongation et l’accumulation en eau des grains sur ces cinq jours. Concrètement, ces températures ont eu pour impact de réduire de 4 g le poids de mille grains (PMG) potentiel des parcelles (on compte -0,8 g de PMG par jour échaudant).

Figure 2 : Températures maximales, températures moyennes et précipitations enregistrées sur la station de Saint-Hilaire-en-Woëvre (55)

Même si ces températures échaudantes ont pu faire perdre quelques grammes de PMG, un temps plus frais accompagné de pluies régulières a pris le relais et se maintient depuis le 20 juin. Cette fraîcheur rallonge la durée du remplissage. Ainsi, le bilan reste globalement favorable : les PMG intermédiaires mesurés à mi-remplissage sont dans la bonne moyenne en sols profonds comme superficiels d’après les mesures ARVALIS. Les PMG devraient être donc corrects cette année, sans doute autour de 45 grammes pour les parcelles étudiées (Rubisko et Chevignon, dates de semis respectives le 24 septembre et le 16 octobre 2020).

La pluie joue néanmoins les trouble-fête, avec un risque potentiel sur les poids spécifiques (PS) et le Temps de Chute d’Hagberg (TCH) si elle persiste au-delà de la maturité physiologique. A suivre par la suite puisque la majorité des blés arriveront à maturité entre le 10 juillet pour des semis de fin septembre, et le 15 juillet, pour des semis de fin octobre.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10