En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vidéo cultan Vidéo

Fertiliser le maïs autrement avec la méthode Cultan

26 avril 2018

Quatre ans de recherche ont permis de formaliser la mise en œuvre pratique d’un système de localisation d’engrais azotée sous forme solide sur maïs. Injecter de l'azote en profondeur permet de produire tout en préservant la qualité de l'eau et de l'air. Tour d’horizon des principaux résultats du projet Indee conduit en Alsace.

Dans les années 90, un agronome allemand avait proposé une nouvelle méthode de fertilisation azotée du maïs, baptisée Cultan pour Controled Uptake Long Term Ammonium Nutrition que l’on peut traduire par « Absorption contrôlée d‘azote par alimentation de longue durée en ammonium ».

Elle consiste à injecter de l’azote sous forme d’un dépôt concentré d’ammonium localisé un inter-rang sur deux à une profondeur constante (entre 15 et 18 cm).

Le projet de recherche Indee, soutenu par des fonds européens, est reparti de cette idée dans l’optique de mettre au point un outil d’injection opérationnel et de mesurer les performances de ce système comparé aux méthodes traditionnelles (enfouissement de l’engrais par binage ou épandage en surface).

Depuis 2011, ce projet regroupe des partenaires franco-allemands des régions Alsace, Bade-Wurtemberg et Rhénanie-Palatinat.

L’outil d’injection d’azote dans le sol a été conçu pour réduire au maximum le travail du sol, tout en positionnant le dépôt d’azote à une profondeur constante, en perturbant le moins possible le sol et en refermant correctement le sillon pour éviter toute perte d’azote par volatilisation.

Des résultats intéressants

Les essais montrent qu’à dose totale équivalente, injecter de l’azote dans le sol un inter-rang sur deux procure le même rendement qu’un apport classique d’azote en plein.

Les Allemands parlent d’une diminution possible de la dose de 20 % grâce à cette méthode qui doit mieux valoriser les apports en minimisant les pertes, mais ceci n’a pas pu être validé dans les essais français.

Concernant la concentration de nitrate dans les eaux, la mise en œuvre de la technique Cultan n’a pas dégradé la qualité des eaux souterraines, mesurée au travers des bougies poreuses présentes sur les sites d’expérimentation.

Du côté des pertes d’azote par volatilisation ammoniacale, les systèmes de mesure mis en place après passage n’ont décelé aucune trace d’ammoniac dans l’air après l’incorporation en profondeur de l’azote. A titre d’exemple, en 2015 lors d’un printemps chaud, sec et venté, ces pertes ont été de l’ordre de 28 % après un épandage d’urée en plein, de 4 % lorsque l’apport en plein est suivi d’un binage et de 0 % avec la méthode Cultan.

Les travaux se poursuivent sur d’autres formes d’engrais

Aujourd’hui un constructeur allemand s’intéresse de près à l’outil mis au point et a présenté le prototype lors du salon Agritechnica de Hanovre en novembre 2015. Il est maintenant en train de mettre au point un outil d’injection en profondeur de l’azote de manière industrielle.

ARVALIS – Institut du végétal et ses partenaires poursuivent leurs travaux, en particulier en testant l’incorporation de diverses formes d’engrais, formulés ou non avec des additifs, retardateurs d’hydrolyse de l’urée ou de nitrification. Un nouveau projet européen sera déposé dans ce sens.

Haut de page

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

4 commentaires 30 décembre 2018 par ROUX

Depuis 10 ans, j'incorpore de la solution azotée 39 au semis avec un localisateur et 2 coutres travaillant à 15 cm de chaque coté du rang à une profondeur de 10 15 cm sur un semir 6 rangs. Il est vrai que le semis prend plus de temps en raison de la logistique (déplacement et remplissage des cubitainers ) mais cela à l’intérêt de diminuer la volatilisation et les doses d'azote conseillées (les conseils du LDAR estiment la volatilisation à 0% soit une économie de min 15% par rapport à de l'azote en plein) L'autre avantage est de ne pas risquer de bruler les plantes comme dans le cas d'un épandage en plein. Mes rendements sont bons sans que je puisse comparer avec précision avec la méthode Cultan ou le fractionnement. Il faudrait qu'Arvalis travaille le sujet car il y a des économies potentielles et un gain pour l'environnement. Didier ROUX

11 mai 2018 par Lamballe

j ai pratiqué cette méthode dans les année 80-85 avec de l ammonitrate avec succès seul inconvénient le débit de chantier surtout à l époque !! le matériel appartenait à la coop !.

28 avril 2018 par ROEDERER

On peut faire ça avec du fumier plus ou moins composté ?

27 avril 2018 par C.

Ça ne fait jamais qu'une cinquantaine d'années que les agriculteurs du sud-ouest enfouissent de l'urée en inter-rangs du maïs.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10