En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé au stade tallage en janvier 2019 en Pays de la Loire Messagerie Pays de la Loire

Azote sur céréales : pas d'apport systématique au tallage cette année !

25 février 2021

Les céréales sont correctement implantées et toujours bien alimentées en azote. Dans la majorité des situations, il n’y a pas d’urgence à fertiliser.

Les cultures de céréales sont globalement bien implantées cette année. Les parcelles semées en octobre sont particulièrement bien développées, avec un bon enracinement, des biomasses et des quantités d’azote absorbées déjà importantes. Les parcelles semées plus tardivement présentent (logiquement) un développement plus faible.

Cas des semis d’octobre

Les semis d’octobre, majoritaires dans notre région cette année, ont bénéficié d’une minéralisation de l’azote organique du sol soutenue sous l’effet de la douceur hivernale. Les bonnes conditions d’implantations ont permis au système racinaire de bien se développer et de coloniser l’ensemble du profil de sol avant les pluies abondantes de fin janvier – février. Les pertes par lixiviation sont faibles et l’azote minéral disponible a été bien valorisé par les cultures.

Dans ces situations, en sol de limon sain, il est préférable d’attendre l’arrivée du stade épi 1 cm pour apporter l’azote, ce qui revient à ne pas faire d’apport au tallage mais à réaliser directement un apport plus conséquent entre fin février et la mi-mars selon le secteur et la précocité des variétés pour accompagner le début de montaison.

Figure 1 : Profil en azote minéral du sol (en kg/ha par centimètre de profondeur) simulé à partir du modèle CHN d’ARVALIS à deux dates de l’hiver 2020/2021 – cas d’un sol de limon sur schiste sous culture de blé semé le 19 octobre 2020 – Données météo de La Jaillière (49)
Les losanges matérialisent la profondeur d’enracinement à chaque date de simulation.

Pour les semis d’octobre, même si l’azote minéral du sol a migré dans le profil de sol sous l’effet des pluies de janvier - février, il reste accessible aux racines et valorisable par la plante. En sol profond, les pertes par lixiviation sont faibles.

Cas des semis tardifs

Les semis de novembre sont moins avancés en stade (mi-tallage). Ils sont, de plus, en retard par rapport aux normales saisonnières, contrairement aux semis précoces qui sont en avance. Les cumuls de température depuis les semis de novembre – décembre sont inférieurs à la médiane sur 20 ans tandis qu’ils sont excédentaires pour les semis d’octobre malgré le froid de janvier - février.

Les stades étant moins avancés, il n’y a pas non plus d’urgence à fertiliser dans ces situations. Toutefois, l’excès d’eau de décembre a été souvent plus préjudiciable pour ces semis tardifs. Selon l’état de développement de ces parcelles, un apport au cours du tallage peut être justifié, notamment dans les parcelles les plus hydromorphes.

Figure 2 : Profil en azote minéral du sol (en kg/ha par centimètre de profondeur) simulé à partir du modèle CHN d’ARVALIS à deux dates de l’hiver 2020/2021 – cas d’un sol de limon sur schiste sous culture de blé semé le 12 novembre 2020 – Données météo de La Jaillière (49)
Les losanges matérialisent la profondeur d’enracinement à chaque date de simulation.

Pour les semis tardifs, l’azote minéral du sol a migré dans le profil de sol sous l’effet des pluies de janvier – février alors que le système racinaire des cultures n’avait pas encore colonisé tout le profil. Une partie de l’azote minéral du sol est descendue au-delà de la profondeur exploitée par les racines et n’a pas pu être absorbée.

Pour mieux se situer, la figure 3 permet d’évaluer l’intérêt ou non d’un apport au tallage.

Figure 3 : Grille d’aide à la décision pour un apport d’azote au tallage sur blé

Source : projet régional PROBE (proétines Blé), extrait de la fiche technique « Optimiser la nutrition azotée au tallage »

Pour en savoir plus, consultez la fiche « optimiser la nutrition azotée au tallage ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10