En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Orge d’hiver proche du stade épi 1 cm, avant apport d’azote, fin février 2019, en Nord-Aquitaine Messagerie Nord-Aquitaine

Fertilisation azotée : décider du déclenchement du prochain apport

28 février 2019

Un apport d’azote est à prévoir à l’approche du stade « épi 1 cm » pour accompagner la forte demande au début de la montaison. Le point sur les différentes situations régionales.

Cet apport doit être fractionné et encadre le stade épi 1 cm si la dose à apporter est supérieure à 100 unités. Il faut également réserver 40 unités à positionner sortie dernière feuille selon les variétés et les potentiels pour assurer la teneur en protéines. Cette dose de réserve est incluse dans la dose totale.

Le temps sec ne favorise pas l’efficacité des apports azotés. Il est recommandé d’attendre l’annonce d’un épisode pluvieux significatif avant d’envisager de réaliser un apport. Cette règle est particulièrement importante à respecter en cas d’utilisation de solution azotée ou d’urée simple pour limiter les risques de perte d’efficacité.

Selon la situation, la décision de déclenchement du prochain apport dépend de ces éléments :

- Cas 1 : un apport au tallage a déjà été réalisé ou les reliquats d’azote laissés par le précédent étaient élevés, la parcelle est saine (pas d’hydromorphie, profondeur de sol satisfaisante…). 
Dans ce cas, le prochain apport se fera à proximité du stade « épi 1 cm » en attendant des conditions plus favorables à une bonne efficacité des engrais (début mars pour les semis de fin octobre). Et ceci d’autant plus si la dose totale prévue est faible, il est alors primordial de bien valoriser les apports.
A noter qu’en cas de parcelle sale, le désherbage doit être réalisé dès que possible et avant tout apport d’azote.

- Cas 2 : aucun apport n’a encore été réalisé et les céréales montrent des symptômes de carences (sols superficiels) ou ont souffert d’hydromorphie. Il est judicieux d’anticiper l’apport « épi 1 cm » de 15 jours (dans les jours à venir en règle générale) pour que l’azote soit disponible au niveau des racines dès la reprise de végétation. Les prévisions des prochains jours n’annoncent pas de précipitation, il est donc préférable d’apporter une dose d’azote modérée (40 unités) et de reporter le reste de l’apport principal dès que les conditions redeviendront favorables. Attention donc à ne pas choisir des formes d’azote soumises à plus de volatilisation ammoniacale (solution azotée et urée sans inhibiteur).

Le soufre pourra être apporté en même temps que le prochain apport d’azote.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10