En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
une jeune femme regarde les plantes de blé tendre au stade dernière feuille pointante pour observation des maladies début mai 2021 en Hauts de France Messagerie Hauts-de-France

Faible pression maladies sur blé : un T1 est-il quand même nécessaire ?

06 mai 2021

Les maladies sont plutôt discrètes pour le moment sur blé tendre. Pour le traitement de la septoriose, tout va dépendre de la date de semis et du choix variétal.

Avril frais et sec : les stades avancent très lentement

Les stades des blés évoluent très lentement depuis début avril compte tenu des températures plutôt fraîches pour la saison. La campagne 2020/2021 finit par être plus tardive par rapport aux stades observés habituellement sur la région à cette période. Les très faibles précipitations depuis les 9-10 avril ne favorisent pas non plus le développement rapide des blés.

Figure 1 : Offre climatique entre le 1er avril et le 10 mai 2021 à Saint-Quentin (02) - Données météo réelles jusqu’au 4 mai puis prévisionnelles

Carte 1 : Cumuls de pluie du 20 mars au 3 mai 2021

En ce début mai, la plupart des parcelles sont au stade 2 nœuds et les plus précoces atteignent seulement le stade dernière feuille pointante (DFP).

D’après les prévisions du modèle physiologique d’ARVALIS, le stade dernière feuille étalée (DFE) devrait être atteint en moyenne autour du 14-20 mai (tableau 1), ce qui situerait l’année 2021 comme plus tardive d’environ une semaine par rapport aux synthèses pluriannuelles.

Tableau 1 : Simulations au 4 mai 2021 de stades du blé tendre jusqu’au stade épiaison (modèle physiologique d’ARVALIS)

Un risque septoriose à relativiser

L’épisode de pluie des 9-10 avril est à l’origine de quelques contaminations de septoriose sur feuilles basses. Mais les blés étaient encore peu avancés à cette période (stade épi 1 cm – 1 nœud). Le temps sec depuis a permis la sortie de nouvelles feuilles en conditions saines. Actuellement, quelques rares symptômes sont visibles sur feuilles basses (F3 du moment au stade 2 nœuds qui seront les futures F5 définitives).



Le modèle Septo-LIS® indique les stades de déclenchement selon le risque septoriose de l’année. Il prend en compte les données météorologiques jusqu’au 4 mai et les données prévisionnelles jusqu’au 11 mai (tableau 2).

• Aucun déclenchement n’est prévu cette année au stade 2-3 nœuds, quelles que soient les situations, même sur variétés sensibles.
• Les premiers déclenchements se situent autour de la sortie de la DFP pour les variétés les plus sensibles, les semis très précoces, les secteurs plus arrosés ou les contaminations précoces.
• Sinon, les interventions ne sont pas préconisées avant l’étalement de la dernière feuille, voire légèrement après pour les variétés peu sensibles. On pourra alors économiser un T1 et prévoir un T2 vers mi-mai, voire fin mai.

Tableau 2 : Stades de déclenchement selon le risque septoriose 2021 (calcul du modèle Septo-LIS® avec météo prévisionnelle jusqu’au 11 mai 2021)

DFP = Dernière Feuille Pointante ; DFE = Dernière Feuille Etalée

Un risque rouille jaune toujours faible

Compte tenu des températures très fraîches d’avril, la rouille jaune est très peu signalée et ne nécessite pas d’intervention précoce. Quant à la rouille brune, il est encore trop tôt pour se prononcer, les conditions climatiques de mai et juin seront déterminantes.

Impasse du T1 ou un petit T1 !

Au vu des risques évoqués précédemment, l’impasse du traitement précoce (T1) reste la norme pour les variétés peu sensibles à la septoriose (note >= 6,5).

Cependant, en cas de déclenchement entre DFP et DFE, la question d’une intervention au T1 peut se poser sur les variétés plus sensibles. En cas d’absence de pluie jusqu’à la sortie de la dernière feuille, il sera possible d’attendre son étalement pour positionner un traitement avec un SDHI (T2).

Si un T1 est nécessaire, les solutions de biocontrôle ont montré leur efficacité en cas de faible pression de septoriose (nombreuses solutions à base de soufre, peu onéreuses), ou le folpel (multisite). En cas d’attaque plus forte, préférer une solution à base de triazole associée à un multisite pour maximiser l’efficacité.

Pour en savoir plus sur les solutions recommandées selon les situations, consultez
le guide de préconisations régionales Choisir et décider – Blé tendre d’hiver, intervention de printemps 2021.

Vous pouvez également consulter le BSV de la semaine.

Ne pas confondre symptômes physiologiques et maladies
Certaines variétés sont signalées avec quelques symptômes physiologiques (KWS Extase, Campesino, Tenor…).

Les conditions climatiques d’avril - températures fraîches, gelées, stress hydrique, temps peu poussant, amplitudes thermiques… - peuvent favoriser l’apparition de symptômes physiologiques.

Pour les distinguer des taches liées à des maladies fongiques, il faut garder en tête que la réaction de la plante à un stress climatique va engendrer des taches sur les feuilles les plus exposées au moment du stress (étages supérieurs), les feuilles plus âgées en bas de plante sont alors moins touchées. A l’inverse, les symptômes liés aux maladies (septoriose…) présentent un gradient du bas vers le haut, avec une présence plus forte sur les feuilles âgées.

Afin d’être sûr du diagnostic, on peut aussi faire incuber les feuilles présentant des symptômes dans une "chambre humide" (bouteille en plastique avec quelques gouttes d'eau) : si les symptômes fructifient, il s’agit d’une maladie fongique; sinon, ce sont des symptômes physiologiques.


Taches physiologiques liées au climat (ARVALIS)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 07 mai 2021 par LOOTEN

PRECO POUR SAINT QUENTIN ET POUR LA FLANDRE MARITIME ALORS? ON EST SOUVENT OUBLIE TOUT LA HAUT.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10