En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Maïs

Un progrès génétique soutenu et des variétés plus rustiques

01 janvier 2010

Le progrès génétique et le renouvellement des variétés de maïs a été et reste un levier technique majeur dans le maintien et l’amélioration des performances.

 Le progrès génétique apporté par les nouvelles variétés de maïs qui se sont succédées au cours des 50 dernières années est très significatif et reste soutenu.
Il a porté sur :

► La précocité et une meilleure tolérance aux températures basses : la sélection de variétés très précoces et précoces a permis la culture du maïs dans des régions plus froides du nord de la France et le développement du maïs fourrage dans les zones d’élevage. La valorisation des températures froides redevient d’actualité avec l’avancement des dates de semis.
► La tenue de tige avec un gain moyen de l’ordre de 0,6 %/an. Actuellement, la grande majorité des variétés est tolérante à la verse à la récolte. Cette amélioration a permis la culture à des densités de semis supérieures, valorisant mieux les potentiels de rendement des parcelles.
► Le rendement et sa régularité. Différentes études montrent des gains moyens de 1 à 1,2 %/an. Les écarts de rendement entre les variétés modernes et les plus anciennes ressortent aussi plus marqués dans les potentiels de rendement moyen que dans les essais à rendements élevés.
► L’amélioration de la rusticité. Les variétés d’aujourd’hui sont globalement plus rustiques aux facteurs limitants (froid, verse, déficit hydrique). Les rendements obtenus cette année en parcelles en sec, alors que les déficits hydriques se sont illustrés par leur sévérité à partir du 15 août, s’expliquent en partie par ce progrès.
► La valeur énergétique du maïs fourrage.

L’instauration d’épreuves spécifiques en 1986 et la prise en compte à partir de 1996 de la concentration en UFL dans les épreuves d’inscription et les comparaisons des variétés en post-inscription ont orienté les progrès.

Un progrès génétique en rendement estimé à 1,2 %/ha/an

L’analyse des données des essais de post-inscription réalisés sur la période 1986 à 2007 a permis de confirmer le maintien à un rythme élevé des pentes de progrès génétique, avec des gains compris, selon les groupes de précocités, entre 1 et 1,5 q/ha/an en maïs grain et de 0,15 à 0,19 t/ha dans les essais fourrage.

La preuve par la comparaison d’anciennes variétés dans les essais 2008 et 2009

En 2008 et 2009, une dizaine d’essais annuels incluaient des variétés des années 1990 afin de les comparer aux témoins et nouveautés actuelles (fig. 1). Selon les groupes de précocité, les gains de rendement varient de 0,8 à 1,3 q/ha/an en 2008 (0,6 à 1,4 %/ha/an) et de 1 à 1,5 q/ha/an en 2009 (0,75 à 1,5 %/ha/an).


Le renouvellement des variétés de maïs ressort, tant en maïs fourrage qu’en maïs grain, comme un levier technique important. Ceci doit conduire le producteur à s’intéresser aux innovations et aux comparaisons de leurs caractéristiques, tout en s’assurant de la régularité de leurs performances entre années et types de conditions de culture.


Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10