En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Moutarde blanche Cultures intermédiaires

Estimer les quantités d’azote absorbé en trois étapes

02 novembre 2017

L'état de croissance des cultures intermédiaires peut permettre d’estimer les quantités d’azote absorbées par leurs parties aériennes. Une partie de cet azote pourra être fournie à la culture suivante. Gros plan sur les trois étapes indispensables pour une estimation rapide.

A la veille de la destruction des cultures intermédiaires, il est possible d’estimer les quantités d’azote absorbé par leurs parties aériennes en trois étapes :

1) Quand on ne dispose pas d'étuve pour mesurer la biomasse sèche du couvert, une estimation visuelle peut être réalisée. La hauteur, le stade ou le volume du couvert peuvent donner une idée approximative de la biomasse produite (en tonne de matière sèche). Vous pouvez consultez les planches-photos de correspondance pour :

La moutarde blanche

Le radis fourrager

La phacélie

Les graminées / céréales

Les légumineuses

Les mélanges

2) Pour chaque fourchette de biomasse produite correspond une valeur moyenne de la teneur en azote absorbé par les parties aériennes :



3) Pour calculer la quantité d’azote absorbé (en kg/ha), il faut multiplier la production de biomasse (en t/ha de matière sèche) par la teneur en azote des parties aériennes (en % de la matière sèche) et à nouveau multipliée par 10.
Par exemple, pour une moutarde de 3 t MS/ha, la valeur moyenne des teneurs en azote absorbé par les parties aériennes est de 2,7 %. On estimera donc que le couvert a absorbé 81 kg d’azote par hectare dans ses parties aériennes (81 = 3,0 x 2,7 x 10).

Une fois les calculs réalisés, il faut faire attention à leur interprétation. Seul un tiers de l’azote absorbé par les cultures intermédiaires est en moyenne disponible pour la culture suivante.

Les biomasses affichées ne prennent en compte que les parties aériennes. Les échantillons sont passés à l'étude 48 heures à 80°C. L'étuve est l'équivalent d'un four à chaleur tournante. On obtient sans doute des résultats assez proches avec des petits fours pour sécher des fruits.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 10 novembre 2017 par ARVALIS

Bonjour, Si une légumineuse est semée suffisamment tôt (avant le 15 août dans la moitié nord de la France), si elle lève bien et dispose de 3 mois de temps de croissance, elle peut avoir absorbé entre 50 et 150 kg d’azote par hectare (fourchette un peu large mais représentative d’observations sur le terrain).

10 novembre 2017 par FRANCOIS

Bonjour, Arvalis disposerait-il de données complémentaire relatives aux quantités d'azote fixées par les légumineuses selon leur durée d'implantation (notamment dans un couvert d’inter-culture) ?