En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
ARVALIS - CETIOM Infos

Engraissement des jeunes bovins : le maïs épis, ration de base techniquement performante

04 novembre 2013

Au lieu d’ensiler du maïs entier, certains élevages ensilent leurs excédents de maïs fourrage en épis complets. Sur la ferme expérimentale de Saint-Hilaire-en-Woëvre, cette ration de base, très bien consommée par de jeunes bovins charolais, leur a assuré une vitesse de croissance élevée.

L’ensilage de maïs épis complets présente de bonnes valeurs alimentaires, un atout que certains élevages valorisent depuis plusieurs années. La ferme expérimentale professionnelle Lorraine (FEPL) de Saint-Hilaire-en-Woëvre (55) a donc suivi des jeunes bovins charolais nourris avec cet aliment en ration de base en 2012–2013. Les premiers résultats obtenus témoignent d’une vitesse de croissance élevée avec des niveaux de consommation importants.

Grains, rafle et spathes récoltés à l’ensileuse

L’ensilage de maïs en épis complets se réalise un peu plus tard que l’ensilage plante entière, l’éleveur pouvant accepter une maturité plus avancée du grain sans se soucier de l’état des feuilles et des tiges. Munies d’un bec cueilleur à maïs de moissonneuse batteuse, les ensileuses récoltent en effet uniquement les épis avec un objectif de 50 à 65 % de MS, pour l’ensemble composé des grains de maïs, de la rafle et des spathes. Le reste de la plante (tige plus ligneuse et feuilles) est broyé et laissé au sol.

En conditions normales, le rendement d’ensilage en épis complets atteint les deux tiers de celui en plante entière. Le produit est stocké, tassé en silo comme de l’ensilage de maïs. Il est conseillé de bien dimensionner la taille du silo ainsi que sa hauteur pour une avancée quotidienne suffisante du front d’attaque (20 cm minimum). Bien conservé, cet aliment est très bien consommé.

Le maïs épis est un aliment riche en énergie (1,05 UFV/kg de matière sèche) avec une teneur en cellulose 4 fois plus élevée que celle du maïs grain. Pauvre en matière azotée totale, la ration qui l’incorpore doit être enrichie avec un correcteur azoté.

Ration de base/maïs ensilage: résultats techniques
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Haut de page

Maïs épis à volonté

Les animaux mis à l’engraissement sont nés sur la FEPL et sont tous issus d’insémination artificielle. Le sevrage a eu lieu le 6 septembre 2012 à un poids vif moyen de 405 kg. Les animaux n’ont reçu aucune complémentation depuis leur naissance.

Après une transition de 5 semaines, la ration journalière se composait de maïs épis à volonté (65,3 % de MS) complété avec 2,8 kg de tourteau de colza et 200 g CMV (0-19). Les animaux ont à disposition permanente de la paille de qualité et un bloc de sel.

Haut de page

Une ration bien valorisée par les jeunes bovins

Le régime distribué donne de bons résultats de croissance ce qui écourte la durée d’engraissement. Le GMQ carcasse s’élève à 1 187 g/j soulignant une très bonne efficacité de la ration. En moyenne, les animaux ingèrent 10,73 kg de matière sèche par jour (hors paille). Cette quantité est élevée mais l’efficacité alimentaire de ce régime est bonne grâce notamment au GMQ élevé (indice de consommation hors paille : 5,67 kg de MS).

Il n’y pas de contre-indication à utiliser du maïs épis complet en ration de base pour l’engraissement de jeunes bovins capables de bien valoriser des rations très énergétiques (charolais, limousin, blonde d’aquitaine). Cela demande, comme pour toutes les rations riches en céréales, de la rigueur, de la surveillance et de la vigilance du sevrage jusqu’à l’abattage avec l’application stricte des recommandations. La décision d’engraisser avec ce type d’aliment est surtout liée son intérêt économique, défini par le prix d’achat.

Composition maïs épis complet
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

figure maïs épis / remplissage
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Haut de page

Une transition bien soignée et de la fibre, toujours de la fibre…
Gage de réussite de l’engraissement, l’adaptation de l’animal à un nouvel aliment doit se faire sans précipitation pour éviter tout problème métabolique. La transition doit durer au minimum 5 semaines. Mais, plus l’animal est lourd au sevrage, plus la durée de transition sera longue. Le respect d’un plan de transition adapté à la production est essentiel.

• La distribution de céréales doit se réaliser deux fois par jour (matin et soir) et augmente seulement d’un kilo par semaine et par jeune bovin, en deux fois (un palier de 0,5 kg tous les 3 à 4 jours) ;
• La paille de blé est distribuée tout au long de l’engraissement. Cette fibre, primordiale, permettra à l’animal de ruminer. Elle doit être appétente et conservée dans de bonnes conditions (trier les bottes de paille au stockage) ;
• Le correcteur azoté minéral et vitaminique devra bien équilibrer la ration paille, eau, ration et bloc de sel pur sont disponibles à volonté. Pour sécuriser le régime, un apport de complémentaire azotée fibreux, de pulpe de betterave (2 kg/j) et/ou des apports de bicarbonate de soude peuvent être recommandés. Les animaux sont déparasités (strongle et douve) et vaccinés (entérotoxémie, RSV…).
Toute chute d’appétit ou des fèces jaunes et liquides doivent alerter (début d’acidose).

Récolte maïs épis

Téléchargez ARVALIS - CETIOM Infos septembre 2013 "Fourrages et tourteaux : les meilleures stratégies pour nourrir le troupeau", dont cet article est extrait.

Haut de page

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10