En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Gestion des adventices

Echecs de désherbage en céréales : des mesures s’imposent durant l’interculture

23 août 2012

En cette fin de campagne 2011 – 2012, le constat est plutôt pessimiste côté désherbage : la perte d’efficacité des herbicides de sortie d’hiver ainsi que des conditions de traitement difficile se sont traduits par de nombreux échecs et donc une présence accrue des adventices.

Dans les parcelles, les défauts de contrôle des graminées – ray grass, vulpin, bromes et folle avoine – ainsi que de certaines dicotylédones – coquelicot, gaillet et vivaces ont été très visibles en cette fin de campagne.

Dans le cas des graminées, quelque soit l’espèce et le nombre d‘adventices présentes, il est nécessaire de mettre en œuvre au moins deux mesures agronomiques efficaces avant les prochains semis (figure 1). Ci-dessous les principales, présentées par ordre décroissant d’efficacité sur les graminées automnales :

La rotation

Alterner les cultures s’avère un levier puissant vis à vis des graminées à cycle de développement très défini (vulpin, brome…). En effet, la nouvelle culture, a fortiori si celle-ci de printemps, est implantée en dehors de la période optimale de germination des adventices visées. Ce décalage induit par la présence de la nouvelle culture permet de gérer en partie le stock semencier de l’adventice, par perte de viabilité des graines.

La pertinence de cette mesure peut être illustrée par un essai mené sur ray grass à Boigneville (91). La situation est devenue difficilement gérable par les herbicides et le travail du sol en 2009/2010 (figure 2). L’implantation d’un pois de printemps a eu un effet bénéfique, : la densité en adventices a nettement chuté, avec une gestion très satisfaisante des ray grass en situation labourée, et un contrôle tout à fait correct pour les modalités en semis direct et semis simplifié.

Le labour

Le labour permet également un très bon contrôle du ray grass, du vulpin et des bromes. L’idéal est d’effectuer un labour tous les 3 à 4 ans. S’il devient plus fréquent, il possède un effet négatif car il fait remonter des graines viables enfouies les années précédentes. Concernant la profondeur, un labour à 15 cm suffit : l’essentiel étant que les graines capables de germer soient éloignées de la surface.

Les faux semis

Cette technique est intéressante si elle répétée pendant l’interculture mais aussi sur plusieurs années. De plus, idéalement, le semis de la culture suivante doit être décalé.
Certaines conditions doivent être respectées. Premièrement, il faut que le faux semis soit positionné en fonction de la période de levée de l’adventice ciblée. En présence de vulpin, il est inutile de réaliser des faux semis pendant l’été pour le faire germer, puisqu’il lève majoritairement en septembre / octobre. Pour le brome stérile et le ray grass, qui peuvent lever pendant l’été, les faux semis devront être préférentiellement menés sur un sol humide et avec un travail du sol superficiel (2 à 4cm maximum) rappuyé.
Enfin, il est impératif de détruire les adventices levées avant l’implantation de la culture suivante (qui est donc décalée), avec un passage d’outil en conditions sèches ou une application de glyphosate (1L/ha).

Le décalage de la date de semis

Combiné à un faux semis, le décalage de la date de semis peut permettre de réduire les populations de graminées de 50 à 90%. Néanmoins, cela peut se révéler désastreux sur l’implantation de la culture, en cas de conditions automnales difficiles. Il s’agit donc d’un levier à utiliser dans les situations les plus difficiles, sans oublier de réaliser une application de prélevée. En effet, le semis tardif tend à repousser le désherbage à la sortie d’hiver. Si les populations sont résistantes, cela ne fait que décaler le problème.

Téléchargez :
- Figure 1 : possibilités de lutte agronomique, en fonction des adventices
- Figure 2 : évolution des populations de ray grass dans l’essai monoculture de blé, à Boigneville (91), selon 3 types de travail du so
l

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10