En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
vidéo présentant les différentes stratégies de désherbage envisageables sur blé tendre Désherbage

Diversifier les modes d'action pour limiter les résistances

27 septembre 2012

La généralisation de certaines familles chimiques comme les inhibiteurs de l’ALS à plusieurs cultures augmente le risque d’apparition de résistances chez certaines espèces d’adventices. Il convient donc de diversifier au maximum les modes d’action afin d’assurer un désherbage chimique à la fois efficace et durable.

Les inhibiteurs de l’ALS ont tendance à être utilisés sur plusieurs cultures : colza, tournesol, maïs, protéagineux, betterave, ce qui accroît le risque potentiel de développement de résistances chez certaines espèces adventices. Il est donc indispensable de recourir à d’autres modes d’action.

Les produits racinaires tels que le chlortoluron, le flufenacel, le diflufenicanil, ou encore le pendimethanil sont un des modes d’action alternatif qui peut être envisagé. Avec cette stratégie, le désherbage dès l’automne est indispensable.

Un programme de désherbage classique du blé tendre consiste à réaliser un désherbage en pré-levée  avec un mélange Chlortoluron + Trooper suivi d’un rattrapage en sortie d’hiver avec Traxos ou Axial.

En cas de résistance généralisé aux familles des Fops, Dymes, ou inhibiteurs de l’ALS, les solutions de désherbage en sortie d’hiver sont très limitées. Il faut alors envisager un désherbage tout automne.

Exemple : Chlortoluron en pré-levée suivi d’une association Trooper + Carat en post-levée précoce (stade 1 feuille).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10