En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Passage d’un herbicide sur une parcelle de blé au stade tallage dans le Centre de la France Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Désherbage des céréales : raisonner la stratégie selon la date de semis

16 janvier 2020

Avec l’échelonnement des dates de semis des céréales, les situations diffèrent d’une parcelle à l’autre, ce qui joue sur la stratégie de désherbage à mettre en place.

Retour sur le climat de l’automne 2019

Le climat de l’automne 2019 a été très particulier, voire encore jamais connu sur certains secteurs tant en termes de cumul de pluie qu’en nombre de jours de pluie. Evidemment, cela a perturbé très largement les semis de céréales à paille avec des dates de semis très étalées jusqu’à fin décembre. Malgré tout, les cumuls de températures sont restés élevées sur octobre et décembre, assurant dans les milieux les plus filtrants un très bon développement y compris pour les semis les plus tardifs.

Cartes 1 et 2 : Cumuls de pluies (mm) et nombre de jours de pluies entre le 15 octobre et le 15 novembre


Cartes 3 et 4 : cumuls de pluies (mm) et nombre de jours de pluies entre le 15 novembre et le 15 décembre

Pour les parcelles semées précocement (fin septembre – début octobre)

Ces situations sont peu nombreuses dans notre région en lien avec la sécheresse d’août/septembre et les préconisations pour gérer les populations importantes de graminées. Les conditions climatiques très sèches n’ont pas permis de diminuer le stock semencier avant les implantations (absence de levée d’adventices). Les herbicides réalisés en prélevée puis en postlevée ont, grâce aux retours des pluies, eu de bonnes efficacités. Celles-ci ont été cependant insuffisantes en cas de fortes infestations graminées.

• Que faire ?
- Pour les parcelles ou bordures très infestées aujourd’hui en situation de résistance (groupes A/B), une recommandation radicale : détruire la culture et resemer.
- Pour les parcelles avec quelques vulpins ou ray-grass développés : intervenir en sortie d'hiver dès que les conditions le permettront, pour gérer les relevées.

Pour les parcelles semées courant octobre

Les herbicides réalisés en prélevée et postlevée ont eu de bonnes efficacités. De fortes pluies après les interventions ont pu entraîner un manque de sélectivité.

Pour rappel, à la condition de ne pas avoir fait disparaître significativement des pieds, une phytotoxicité d’automne est moins impactante qu’une phytotoxicité de sortie d’hiver. En cas de très fort marquage, attendre la reprise de végétation avant toute prise de décision radicale (retournement des parcelles).

Cette année, les conditions étaient inadaptées à la mise en œuvre de désherbage mécanique (passage de herse étrille…)

• Que faire ?
- Pour les parcelles à forte pression graminées et présence avérée de résistance : arrêter les frais. Il faudra revoir la stratégie globale du système.
- Pour les parcelles les plus propres (en l’absence de résistances avérées) : il est préférable d’attendre la sortie d’hiver pour intervenir.

Pour les parcelles semées en novembre – début décembre

Qu’attendre de l’effet décalage date de semis cette année ? La douceur et l’humidité de cet automne ont permis de nombreuses levées d’adventices. L’effet décalage de la date de semis est important cette année, complété par les nombreux labours réalisés.

Les efficacités herbicides en prélevée ont été bonnes. Des problèmes de sélectivité ont pu être observés en cas de mauvaises implantations et/ou ensuite de sols gorgés d’eau.

Pour ces semis, les créneaux de postlevée ont été rares.

• Que faire ?
- Pour les parcelles à forte pression graminées et présence avérée de résistance : arrêter les frais. Il faudra revoir la stratégie globale du système.
- Exception faite en cas d’adventices peu développées (stade inférieur à 2 feuilles) : possibilité d’intervenir avec un produit typé automne
- Pour les parcelles les plus propres (en l’absence de résistances avérées) : il est préférable d’attendre la sortie d’hiver pour intervenir.

Pour les derniers semis

L’effet décalage de la date de semis, souvent combiné à un labour, est encore plus important.

• Que faire ?
- En situation de résistance : il est possible d’intervenir avec un produit typé automne. Attention cependant à la qualité du semis, sols gorgés d’eau avec difficulté d’intervention. En cas de grains en surface, la pendiméthaline doit être évitée.
- En l’absence de résistances avérées : attendre la sortie d’hiver pour intervenir.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10