En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Taches de phytotoxicité d’herbicides sur feuilles de céréales en mars 2020 en Occitanie et Aquitaine Messagerie Ouest Occitanie

Désherbage des céréales : des marquages sur feuilles suite aux traitements

12 mars 2020

Suite aux désherbages de fin janvier/début février, des symptômes de phytotoxicités sont observés dans de nombreuses parcelles. A bien distinguer de la jaunisse nanisante de l’orge.

Ces marquages sont dus aux conditions climatiques - avant ou après désherbage - ou aux stades trop avancés des blés.

Figure 1 : Amplitudes thermiques journalières du 15/01/2020 au 29/02/2020 – station de Auch (32)

Les symptômes de phytotoxicité dues aux sulfonylurées (Kalenkoa par exemple) sont proches des parcelles souffrant de jaunisse nanisante de l’orge (JNO) : feuilles rouges et/ou violettes, moutonnement de la parcelle.

La différence entre les deux ? Pour la JNO, les feuilles les plus récentes marquent le symptôme, pour la phytotoxicité à la sulfonylurée, c’est la feuille présente lors du passage qui marque le rougissement.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur les fiches accidents.


Phytotoxicité observée en février 2020 suite à une application de sulfonylurée sur blé tendre (A. Bouas / ARVALIS)

Désherber si nécessaire et vite si possible !

Les parcelles qui n’ont pas été désherbées à ce jour doivent l’être au plus tôt. Les ray-grass ayant dépassé le stade 3 feuilles sont de plus en plus compliqués à détruire. Il convient d’utiliser des doses pleines contre ces derniers. Si la fertilisation azotée est réalisée avant le désherbage, elle bénéficie non seulement au développement de la culture en place mais aussi aux adventices présentes. Les espèces comme les ray-grass, bromes et vulpins réagissent positivement à l’azote apporté et sont capables d’absorber 20 à 40 kg N/ha en sortie d'hiver.

Les désherbages sont à réaliser dès que possible, à condition toutefois que les amplitudes thermiques soient inférieures à 15°C, pour limiter les risques de phytotoxicité.

Tableau 1 : Conditions d’application optimales selon le type d’herbicides

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10