Un homme observe des jeunes plantes de blé et d'adventices en janvier 2022 en Auvergne Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Désherbage des céréales à paille : visiter les parcelles afin d’évaluer la situation

27 janvier 2022

Les désherbages d’automne ont globalement montré des résultats satisfaisants. Quelle stratégie prévoir pour la sortie d’hiver ?

Retour sur les conditions climatiques depuis septembre

Septembre a été un mois très chaud avec des pluies suffisantes pour permettre aux repousses d’émerger. Les conditions étaient généralement réunies pour des faux-semis efficaces entre fin août et mi-septembre. S’en est suivi un mois d’octobre frais et en tendance sec, à l’exception de l’Ile-de France et de l’Eure-et-Loir (proches des normales). Des conditions encore plus favorables aux semis ont caractérisé le mois de novembre qui a été sec mais froid. Par la suite, décembre a été doux et proche des normales coté pluies.

Conséquences : quelques implantations précoces s’observent toujours dans les régions Centre-Val de Loire et Ile-de-France. Les dates de semis médianes sont proches des moyennes sur 5 ans dans les trois régions administratives. La pluie a pu retarder les derniers semis en Auvergne.

Aujourd’hui, la situation des céréales à paille est globalement bonne avec des herbicides qui ont plutôt bien fonctionné cet automne.

Figure 1 : Bilan climatique 2021-2022 – écart à la moyenne du cumul de précipitations en mm
Bilan climatique 2021-2022

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Figure 2 : Evolution des semis de blé tendre 2021
Evolution des semis de blé tendre 2021

source : Céré’Obs

Les solutions herbicides de sortie d’hiver disponibles

Si des solutions herbicides ciblant les dicotylédones sont assez nombreuses, celles contrôlant les graminées sont réduites. En effet, ces dernières reposent sur seulement deux modes d’action (groupes HRAC A-1 et B-2) très touchés par des phénomènes de résistance.

Les ray-grass et les vulpins sont malheureusement fréquemment résistants aux antigraminées de sortie d’hiver.

Dans tous les cas, un tour de plaine s’impose

Deux éléments sont indispensables pour prendre les bonnes décisions : le nombre d’adventices présentes aujourd’hui (+ le potentiel de levées) et leur stade.

Des graminées très développées ne pourront être en aucun cas contrôlées de façon satisfaisante, même si ces dernières sont encore sensibles aux herbicides.

La reconnaissance des jeunes adventices n’est pas toujours aisée. En appui, consultez :
- le site www.infloweb.fr
- la vidéo du comité désherbage Centre – Ile de France « Comment bien identifier les graminées aux champs »

Des applications développées par des firmes existent aussi sur smartphone.

Pour les parcelles semées précocement (fin septembre – début octobre)

Ces situations restent peu nombreuses dans notre région, avec une priorité donnée aux semis d’orge d’hiver.

Les faux-semis ont été globalement efficaces en lien avec les pluviométries de septembre. Les herbicides réalisés en prélevée et post-levée ont eu des efficacités plutôt bonnes. Mais malheureusement encore insuffisantes en situations à fortes pressions.

Quelles stratégies de désherbage possibles ?

- Pour les parcelles ou zones très infestées aujourd’hui et en situation de résistance aux produits de sortie d’hiver (groupe A et B) :

• un conseil radical ! détruire la culture et resemer une culture adaptée (avec des solutions antigraminées encore efficaces dans la culture choisie),
• revoir la stratégie globale du système.

- Pour les parcelles avec quelques vulpins ou ray-grass développés mais sensibles : intervenir en sortie hiver précoce pour gérer les relevées.

Pour les parcelles semées courant octobre

Les faux-semis ayant précédé ces semis du 10-15 octobre ont été efficaces (sous réserve d’avoir été réalisés).

Les herbicides réalisés en prélevée et postlevée ont eu des efficacités plutôt bonnes. De fortes pluies (fin octobre) après les interventions ont pu entraîner un manque de sélectivité sur certaines parcelles. Pour rappel, à la condition de ne pas avoir fait disparaître significativement des pieds, une phytotoxicité d’automne est moins impactante qu’une phytotoxicité de sortie d’hiver.

Côté désherbage mécanique :
- peu de créneaux sur octobre en lien avec les pluies,
- quelques créneaux possible sur le mois de novembre uniquement sur les sols à ressuyage très rapide au stade 2/3 feuilles.

Quelles stratégies de désherbage possibles ?

- Pour les parcelles à forte pression graminées et présence avérée de résistance : arrêter les frais ! Il faudra revoir la stratégie globale du système.

- Pour les parcelles infestées (en l’absence de résistances avérées) : intervenir précocement dès que les conditions seront réunies avec un produit de sortie d’hiver.

Pour les parcelles semées en novembre – début décembre

Les faux-semis tout comme le décalage de la date de semis ont été efficaces et de nombreuses adventices ont pu être gérées avant les semis.

Les efficacités herbicides en prélevée ont été bonnes sur des sols humides. En revanche moins de créneaux disponibles pour les post-levées des semis de novembre en lien avec le retour des pluies de fin novembre/début décembre.

Quelles stratégies de désherbage possibles ?

En cas de semis tardif et d’interventions à l’automne, pas de réintervention nécessaire normalement : une combinaison des leviers agronomiques (faux semis + décalage dates de semis) et chimiques efficace.

Si besoin après observation :
- parcelles avec présence avérée de résistance : un passage racinaire typé « automne » est encore possible selon les produits (voir réglementation) et si les adventices sont faiblement développées (stade inférieure à 2 feuilles),
- parcelles en l’absence de résistances (cas rare) : intervenir précocement dès que les conditions seront réunies avec un produit de sortie d’hiver.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 28 janvier 2022 par LEROY

Ça fait 5 ans que les mêmes conseils prodigués avec les mêmes résultats plus ou moins heureux ne donnent pas satisfaction. ….il existe des solutions nouvelles qui ne souffrent d aucune résistance :la cinmethylin ou luximo de Basf,mais en Angleterre ,Australie et surtout pas en France. Pourquoi ? LA RÉSISTANCE EST-ELLE LE MEILLEUR ALLIÉ POUR DOPER LE BUSINESS JUTEUX DES HERBICIDES

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10