En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Plantule de panic ou sétaire verticillé tenue entre deux doigts, avant désherbage de postlevée du maïs, en 2019 Messagerie Est

Désherbage de postlevée du maïs : s'adapter aux alternances de températures

09 mai 2019

Le désherbage du maïs en postlevée précoce est incontournable pour la gestion des adventices, d'autant plus que la pression est forte. Mais cette année, les conditions météo incitent à raisonner l'utilisation de certains herbicides. Avec l'alternance de températures élevées puis très faibles (en dessous du zéro végétatif du maïs), le maïs peut en effet avoir des difficultés à détoxifier les herbicides appliqués.

Le printemps 2019 est très frais

Le climat actuel est assez froid. La plupart des maïs semés ont réussi à germer et lever mais leur développement est fortement ralenti. Depuis 10 jours, il y a eu très peu de journées avec des températures minimales supérieures à 6°C (zéro végétatif pour le maïs).

Carte 1 : nombre jours avec des températures minimales inférieures à 6°C, entre le 24 avril et le 4 mai 2019

La climatologie a un rôle primordial

Intervenir rapidement dès le stade 2 feuilles du maïs, sur des adventices non levées ou au stade plantule, avec un désherbage à spectre complet antigraminées et antidicotylédones est séduisant. L’objectif de gagner en persistance d’action par rapport à un passage de prélevée, sur graminées, avec un espoir de ne pas avoir à rattraper. Cette stratégie qui permet d’intervenir avec de faibles doses de produits sur des adventices encore très petites combine à la fois des herbicides racinaires et foliaires. De ce fait, elle nécessite des conditions agrométéo favorables aux deux types de produits. Il faut une bonne humidité du sol et une pluviométrie significative après traitement pour optimiser l’action des racinaires, mais aussi intervenir avec une bonne hygrométrie pour garantir l’efficacité des foliaires sur les adventices déjà levées. Ces conditions sont réunies cette année, caractérisée par des averses fréquentes. Par contre, il faut se soucier d’un autre aspect climatologique : les températures et leur alternance.

Attention aux alternances de températures même en postlevée précoce

Les herbicides systémiques appliqués sous des températures clémentes, voire chaudes, et sur des sols humides, c’est-à-dire en conditions poussantes, sont fortement absorbés par les végétaux, les adventices mais aussi le maïs. A lui de s’en débarrasser par la suite. Le fait que les températures chutent fortement après le traitement n’est pas favorable à une bonne détoxification. C’est le cas cette année et on peut se poser la question d’intervenir en postlevée précoce sur des plantes affaiblies qui vont subir des alternances de températures. Si l’intervention est obligatoire, car les adventices sont présentes et développées, on peut recommander la plus grande prudence dans les mélanges employés : il faut bannir l’utilisation d’herbicides fortement sytémiques comme les sulfonylurées et bien entendu les dérivés auxiniques (hormone). Sinon, il est préférable de reporter l’intervention pour attendre des conditions météo plus clémentes.

Figure 1 : Impact des conditions d’applications sur la sélectivité des herbicides foliaires systémiques

Il y a de nombreuses solutions de postlevée précoce dans le tableau n°1. Dans le cas d’alternances de températures, privilégier les mélanges sans herbicides fortement systémiques. On trouve dans cette catégorie, Adengo Xtra, les sulfonylurées (Peak, Bridge, nombreux nicosulfuron), Monsoon, Biathlon, Conquérant.


Quels programmes appliquer ?

De nombreuses solutions sont possibles car elles vont dépendre de la flore présente et attendue, et de son stade. Les graminées devront avoir 2 feuilles au plus pour assurer une efficacité suffisante des produits appliqués aux doses prescrites.

Le tableau 1 présente quelques solutions (extrait du document « Choisir et décider Maïs » paru fin décembre 2018 dans les différentes régions de l’Est). Les dicotydédones classiques sont les chenopodes, amarantes, morelles et renouées persicaires. Les dicotylédones diversifiées sont les mercuriales, les renouées des oiseaux et renouées liseron... c'est-à-dire les mauvaises herbes plus difficiles à contrôler et qui peuvent mettre certains produits en difficulté.

Tableau 1. Solutions de traitement en postlevée précoce 2019 (non exhaustif)

Il y a graminée et graminée

Il est indispensable de savoir exactement quelles sont les graminées à éliminer pour définir au mieux les programmes herbicides. Les plus difficiles à éliminer sont certainement les sétaires, surlesquelles les sulfonylurées sont particulièrement pertinentes. La figure 2 permet de faire la distinction entre les différentes graminées au stade jeune.

Figure 2 : Clef de détermination des principales graminées adventices du maïs

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

3 commentaires 11 mai 2019 par SCHNEIDER

a SEILER 10 A 12 JOURS PLUS TARD J APPLIQUE LE MEME MELANGE EN REDUISANT D 1/3 L ACTIROB [4/5 FEUILLES DU MAIS

11 mai 2019 par SEILER

A Schneider? Vous ne passez qu'une fois sur graminées et dicots classiques?

10 mai 2019 par SCHNEIDER

bonjour. j applique le melange suivant q en penser vous? ELUMIS 0.35 L/HA+DUAL GOLD 0.35L /HA +ACTIROB 1..25L /HA AVEC UN VOLUME DE BOUILLIE DE 70 L /HA VU LES CONDITIONS CLIMATIQUES ACTUELLES AU STADE 2 FEUILLES DU MAIS

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10