En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Publication

Des repères sur l’impact des produits phytosanitaires et du nitrate sur la qualité des eaux

19 janvier 2012

ARVALIS-Institut du végétal vient de publier avec la collaboration du CETIOM et de l’ITB une note technique sur les risques de transfert dans l’eau des produits phytosanitaires et du nitrate, alimentée par les résultats d’expérimentations pluriannuelles.

A l’heure d’Ecophyto, mais aussi de la mise en place des plans d’actions dans les bassins d’alimentation de captages (BAC), il est important d’avoir des repères techniques concernant les risques de transfert dans l’eau des produits phytosanitaires et du nitrate, ainsi que sur les moyens de les réduire.

C'est pour apporter des connaissances sur ces différents points qu’Arvalis-Institut du végétal vient de publier en collaboration avec le CETIOM et l’ITB, une note technique disponible en pdf (voir pièce jointe). Elle s’appuie sur les dispositifs expérimentaux pluriannuels de Thibie (51), Geispitzen (68), Lyon-Saint-Exupéry (69), Parisot (82), Auradé (32), le Magneraud (17) et la Jaillère (44).

Les résultats témoignent de la complexité des modes de transfert dans les eaux compte tenu de la diversité des substances actives et de leurs nombreuses interactions avec le milieu et les pratiques culturales. Ils montrent néanmoins l’importance du diagnostic des causes dans la mise en place d’un plan d’actions pertinent : pour impulser des changements de pratiques adaptés, il est impératif de bien identifier la nature des risques, leurs causes et de les hiérarchiser. La connaissance des modes de transferts montre qu’il ne peut y avoir de solution unique pour maitriser les risques : les leviers d’action sont divers et peuvent être combinés pour apporter des solutions à chaque cas. La note donne des exemples selon les produits visés et des témoignages d’actions réussies à l’échelle de plusieurs bassins versants.

Dans le cas de la pollution nitrique, une bonne gestion de l’azote via la fixation d’objectifs de rendements raisonnés, la prise en compte des reliquats, le pilotage avec le fractionnement ou l’implantation de cultures intermédiaires pièges à nitrate s’avèrent finalement plus efficaces qu’une réduction uniforme des doses d’azote.

Les actions pilotes menées dans divers bassins versants font également ressortir l’importance de la mobilisation des différents acteurs du conseil et de la distribution pour la réussite des plans d’actions.

Pour en savoir plus, téléchargez  la note technique : « Perspectives pour la réduction de l’impact des produits phytosanitaires et du nitrate sur la qualité des eaux en grande culture et polyculture élevage ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10