En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Floraison du maïs en 2021 en Alsace Messagerie Alsace

Des maïs beaux, réguliers mais en retard

29 juillet 2021

La campagne maïs 2021 se caractérise par sa fraîcheur. Le point agro-climatique en ce milieu d'été.

Pas que du mauvais, cherchons les points positifs

Si les semis de maïs n’ont pas commencé particulièrement tôt à cause du froid, tout était quasiment plié en deux semaines. En effet, du 12 au 28 avril, 90 % des parcelles ont été semées, juste avant une période de pluie qui a favorisé les levées. Contrairement à 2020 (printemps très sec), les levées 2021 sont très homogènes, ce qui est un très bon signe de début de campagne. Les désherbages de prélevée et les apports d’engrais ont également bénéficié de l’humidité du sol. Par la suite, les précipitations trop fréquentes ont pu gêner les applications herbicides de postlevée. On a vu beaucoup de parcelles envahies de mauvaises herbes et plus particulièrement de vivaces comme les chardons et les liserons des haies. Il fallait jongler entre les gouttes pour réguler ces infestations.

Relevons un autre point positif. Aucune parcelle n’a été irriguée (sauf cas très rare pour la levée) avant le 25 juillet ! Il faut remonter à loin (peut-être 2011) pour une telle situation. Il est vrai qu’il faut remettre cela en parallèle avec les stades actuels des plantes.

Autre fait : les attaques de corbeaux ont été « diluées » dans l’espace dans la mesure où tout le monde a semé en même temps. Les volatiles étaient là et ont occasionné des pertes de pieds, mais cela « s’est moins vu » dans le paysage. C’est aussi le cas pour les grosses bêtes, les sangliers. Toujours présents, ils ont été bien moins « gênants » en 2021. Parmi les explications, certains avancent le fait que la production de glands a été abondante à l’automne 2020, et qu’ils avaient moins l’idée de prospecter dans les maïs.

Quoi qu’on pense, la pyrale reste l’ennemi numéro 1 des maïs alsaciens. Cette année, son cycle a été perturbé par la fraîcheur printanière, les pluies et les températures de début d’été. De ce fait, la courbe de vol est en dent de scie avec un pic difficile à cerner. La présence de populations de pyrales à deux générations dans le secteur précoce, situé entre Colmar et Mulhouse, ne simplifie pas l’interprétation. Les trichogrammes ont été posés à partir du 22 juin (semaine 25).

Figure 1 : Evolution des captures de pyrales mâles / pièges à phéromone – Réseau BSV Alsace

Evolution des captures de pyrales mâles / pièges à phéromone

Dégâts de corbeaux à Portes du Ried Fouille de sangliers à Niederentzen Fouille de sangliers à Niederentzen Vol de pyrale
Dégâts de corbeaux à Portes du Ried  Fouille de sangliers à Niederentzen  Vol hératique de la pyrale


Le réseau de piégeage de la chrysomèle (Diabrotica virgifera) est en place sur la région avec deux types de pièges : les pièges chromatiques positionnés dans la bande rhénane pour « quantifier « la population d’insectes et les pièges à phéromones placés dans tous les autres secteurs pour « détecter » leur présence.

Pour en savoir plus, consultez le BSV Alsace.

Où en sont les stades ?

Du côté des températures, le moins que l’on puisse dire est que c’est la dominante du « yoyo » (figure 2). La courbe verte représente les températures depuis le début de la campagne. De très déficitaire en début de cycle, elle atteint des sommets mi-juin pour finalement repasser légèrement en dessous de la moyenne des vingt dernières années (courbe rouge).

La pluie est plus constante si l’on peut dire, avec un excédent quasi permanent. En un mois (du 28 avril au 26 mai), on relève 116 mm à Entzheim (+ 47 mm), 95 mm à Meyenheim (+ 34 mm) et même 166 mm à Altkirch (+ 87 mm). Des parcelles ont été malheureusement noyées ce printemps, et surtout cet été. Leur potentiel est bien compromis si l’eau a stagné trop longtemps.

Figure 2 : pluviométrie et température par décade en 2021 par rapport aux normales saisonnières - Strasbourg – Entzheim (67)

pluviométrie et température par décade en 2021 par rapport aux normales saisonnières Strasbourg – Entzheim (67)


Si l’on se réfère aux températures efficaces pour la croissance du maïs (seuils 6° -30°), on se rend compte qu’au 31 juillet, la campagne 2021 se situe au niveau des 20 % années les plus fraîches (décile 2). On parle ici de données météorologiques. Rien de catastrophique, à condition que la suite des évènements soit positive avec une fin d’été et un début d’automne profitables en températures.

Le point négatif pourrait venir de la tardivité des variétés qui sont de plus en plus semées dans la région. Les hybrides de type G4, voire G5, ont besoin d’au moins 1900° à 2000° pour atteindre 32 % d’humidité (Poids de Mille Grains maximum), ce qui n’est pas un objectif très ambitieux car il génère des frais de séchage importants. Bref, rien ne sert de s’alarmer : les maïs sont beaux, réguliers, plutôt bien pourvus en eau. Avec des floraisons qui viennent à peine d’avoir lieu, il faut attendre le SLAG (Stade Limite d’Avortement des Grains) qui devrait intervenir vers mi-août au plus tôt, pour faire un point précis sur le potentiel des parcelles. Il faut maintenant de la chaleur.

Figure 3 : Températures cumulées (6-30) à Meyenheim au 31 juillet 2021

températures cumulées (6-30) à Meyenheim au 31 juillet 2021

Etat de la floraison de variétés de maïs au 27 juillet à Westhouse (67)
Etat de la floraison de variétés de maïs au 27 juillet à Westhouse (67)

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10