En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Dispositifs expérimentaux innovants ARVALIS- vidéo préparer l'avenir Recherche

Des investissements pour préparer l’avenir : quatre exemples récents chez ARVALIS

16 mars 2017

Visite express, en moins de 5 minutes, de quatre dispositifs expérimentaux qui ont vu le jour récemment dans les stations régionales d’ARVALIS – Institut du végétal : le bâtiment laitier de La Jaillière (44), la Plateforme métiers du grain de Boigneville (91), Phénofield à Ouzouer-le-Marché (41) et le dispositif d’étude des impacts des pratiques culturales sur la qualité des eaux de Saint-Exupéry (69).

Un concentré d’innovations dans un bâtiment d’élevage laitier

Le premier investissement majeur d’ARVALIS se trouve sur sa station expérimentale de La Jaillière, en Loire-Atlantique : un bâtiment d’élevage particulièrement innovant et tourné vers l’avenir. Inauguré en octobre 2012, il a été conçu comme un véritable outil de recherche pour répondre à trois objectifs :
- conduire le programme expérimental de l’institut autour de la valorisation des fourrages par les vaches laitières,
- valoriser les innovations en matière d’équipement (comme la distribution automatique d’aliments, le paillage automatisé, le robot de traite), 
- et limiter l’impact environnemental (eau, énergie, insertion paysagère).



Le bâtiment laitier de La Jaillière s’inscrit aussi dans la haute performance environnementale, avec notamment la production d’électricité photovoltaïque, un dôme en plexiglas pour un éclairage naturel, un bardage en bois…

Une plateforme tournée vers la recherche et la formation pour le stockage des grains

Autre installation, cette fois sur la station expérimentale de Boigneville (91) : la plateforme « métiers du grain ». Opérationnelle depuis avril 2012, elle Est représentatif d’un stockage fermier en termes de capacité de cellules et de débit de manutention tout en ayant les organes de sécurité présents chez les organismes collecteurs. Cet outil permet d’effectuer des recherches sur la réception, le nettoyage, le stockage et la conservation des grains. Premier sujet d’étude, la maîtrise des insectes dans les grains stockés. Ici, les équipes d’ARVALIS développent des solutions originales pour que les organismes stockeurs puissent répondre aux normes réglementaires ou commerciales en limitant le recours aux insecticides. D’autres thématiques, telles la qualité sanitaire ou l’évaluation des techniques de séchage du maïs, sont également étudiées.

Cette plateforme propose en outre une offre de formation destinée en priorité aux jeunes embauchés dans les organismes stockeurs, aux agriculteurs stockeurs, voire aux étudiants pour approfondir leurs connaissances, en agriculture conventionnelle comme en agriculture biologique.


D’une capacité de stockage de 350 tonnes, l’installation dispose notamment de deux cellules extérieures de 30 tonnes chacune pour réaliser des essais de fumigation.

Phénofield : un site dédié à l’étude de la tolérance à la sécheresse des variétés

C’est à Ouzouer-le-Marché, dans le Loir-et-Cher, qu’ARVALIS a installé la plateforme Phénofield, l’un des sites du grand projet de phénotypage français Phénome. Son objectif est d’étudier la tolérance des grandes cultures à la sécheresse dans des conditions de plein champ. Pour cela, la plateforme est équipée d’un système d’irrigation très précis et de toits roulants qui se déplacent sur les parcelles d’essais permettant de simuler différents scénarios de stress hydrique. Phénofield utilise également les nouvelles technologies pour réaliser le suivi non destructif et automatisé de l’état des plantes. Entre autres équipements, des caméras mesurent la surface verte, des capteurs lasers évaluent la hauteur des plantes et des spectroradiomètres calculent le taux de chlorophylle et d’azote dans les plantes.

Au total, plus de 300 variétés peuvent être évaluées en même temps chaque année sur ce site. Les premiers essais ont démarré en 2015.


Le site de Phénofield dispose de 8 toits roulants, couvrant au total une superficie de 5 000 m2.

Pratiques culturales et qualité de l’eau : huit ans de suivi en sols filtrants

Enfin, direction Satolas près de Lyon, où l’institut s’est équipé depuis 2006 d’un dispositif pour étudier les risques de transfert de nitrate et de résidus phytosanitaires dans les sols typiques de Rhône-Alpes. Ce site vient compléter les deux autres installations du même type situées en Poitou-Charentes et dans les Pays de la Loire. Ici, le dispositif étudie, sur près de 4 ha, l’impact des pratiques culturales sur la qualité de l’eau pour trois types de rotation : une monoculture de maïs, une rotation de grandes cultures représentative de la région et une conduite en couverts permanents. Grâce à des cases lysimétriques enterrées en-dessous du niveau atteint par les racines, les eaux de drainage sont récupérées. Leur analyse permet de quantifier les substances actives et le nitrate présent. Depuis le début de cet essai, plus de 5 000 échantillons ont été collectés.


Après huit ans de suivi, près de 55 000 analyses de résidus de substances phytosanitaires ont été réalisées sur le site de Satolas.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10