En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Enquête

Des dégâts d’oiseaux significatifs sur grandes cultures

02 février 2011

Selon près de 2750 agriculteurs ayant répondu à l’enquête « dégâts d’oiseaux en grandes cultures, récolte 2009 », les dégâts se sont accrus ces dernières années. Quelles sont les principales espèces en cause ? Toutes les régions sont-elles concernées ? Quand ont lieu les attaques ? Présentation des résultats de l’enquête.

Cette enquête a été réalisée par ARVALIS – Institut du végétal, en partenariat avec l’AGPM, la FNPSMS, le CETIOM et l’UNIP. Les objectifs : mieux connaitre les oiseaux en cause (espèces, localisation, dégâts...) et cerner les besoins des producteurs pour protéger les cultures.

2750 agriculteurs ayant subi des dégâts ont répondu à cette enquête, souvent pour plusieurs cultures : au total, près de 4500 cas cultures ont ainsi pu être analysés. Cette enquête confirme la recrudescence des attaques depuis quelques années : seule la moitié des exploitants concernés par les dégâts en 2009, en subissait déjà en 2005. D’autre part, la nuisibilité des oiseaux déprédateurs est jugée en augmentation par 83 % des exploitants. Les régions les plus concernées sont le Centre, les Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Rhône – Alpes.

Les corbeaux, les plus fréquemment cités

Les producteurs déplorent principalement des attaques de corbeaux, corneille noire et corbeau freux (74 % des cas), mais aussi de pigeons, pigeon ramier et pigeon biset féral (42 % des cas) et d’étourneaux sansonnets (13 %). Plusieurs espèces déprédatrices peuvent être signalées sur une même culture, simultanément ou pas.

Les espèces déprédatrices diffèrent selon les cultures (graphique 1) : les corbeaux sont les principaux responsables des dégâts sur maïs, alors que sur colza ils sont le fait de pigeons. Le tournesol et les protéagineux sont concernés par les différentes espèces, pigeons et corbeaux. Les céréales à paille attirent surtout les corbeaux, mais aussi les pigeons et étourneaux sansonnets (notons que ces derniers convoitent également les silos de maïs).

Les attaques ont lieu essentiellement au semis et à la levée des cultures (graphique 2), avec des conséquences importantes pour les exploitations concernées : le poste semences est souvent alourdi du fait d’un resemis, notamment en maïs ou tournesol ; et le potentiel de production peut être grevé du fait de ce resemis tardif. Les pertes peuvent également survenir lors de la maturation, avec des attaques avant la récolte, notamment sur tournesol et protéagineux. Pour ces cultures, les dégâts tardifs peuvent se cumuler à des dégâts survenus à la levée.

Des moyens de lutte limités

Les producteurs estiment que les moyens de lutte sont peu satisfaisants : absence de répulsifs efficaces, effaroucheurs contraignants à l’usage et ne donnant pas toujours satisfaction, réglementation trop restrictive pour des campagnes de régulation, piégeage trop peu pratiqué…

Quelques cas de lutte réussie sont toutefois signalés, ils témoignent de la nécessité d’associer différents moyens de lutte et différents acteurs !

Pour en savoir plus sur l’enquête, consultez Perspectives agricoles de février 2011.

Téléchargez ci-contre en pièces jointes :
- Figure 1 : Types d’oiseaux déprédateurs par culture
- Figure 2 : Les principaux stades attaqués par culture

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10