En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
volatilisation ammoniacale Recherche

Des capteurs pour mesurer au champ les pertes par volatilisation ammoniacale

25 janvier 2018

Mesurer les pertes d’azote par volatilisation ammoniacale, c’est maintenant plus simple grâce à des capteurs qui piègent l’ammoniac à travers des filtres imbibés d’acide. Explications avec Jean-Pierre Cohan, ingénieur chez ARVALIS – Institut du végétal.


Ces capteurs ont été mis au point par des travaux conjoints entre la recherche publique (INRA), les instituts techniques (ARVALIS, Idele, Ifip, Terres Inovia, Acta) et les industriels (Unifa).

Le dispositif se présente sous la forme de piquets munis de deux étages de coupoles qui supportent les capteurs.

Ces capteurs sont mis en place au champ suite à une opération culturale puis analysés au laboratoire pour connaître la concentration en ammoniac de l’air à différents pas de temps. Ces données permettent d’estimer les quantités d’azote perdu via la volatilisation ammoniacale et ainsi d’identifier les leviers possibles pour les réduire.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 30 janvier 2018 par VANDENDRIESSCHE

De Luc VDD Boncourt Experimentation magnifique!!!! Il est déjà entendu que si on veut profiter de la valeur fertilisante d'un effluent riche en ammoniaque il faut l'enfouir. Dans un lointain passé on mettait du superphosphate pour capter les odeurs de lisier. Qu'en est-il des émissions plus diffuses - azote apportée avant ou après rotative-semis d'orge de printemps par temps sec et chaud..- comment gérer un chaume de légumineuse ou de culture intermédiaire pour que l'azote capté profite au mieux à la culture suivante. - apport d'azote sur blé ou colza selon des prévisions de pluie ou de sècheresse persistante.- de faibles apports d'urée liquide peuvent elles être absorbés directement par les feuilles de blé ou de colza.(il m'est arrivé d'apporter une solution extemporanée de urée+eau sur blé). Merci de votre attention

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10