23 mars 2017

Recherche

Des capteurs pour mesurer au champ les pertes par volatilisation ammoniacale

Mesurer les pertes d’azote par volatilisation ammoniacale, c’est maintenant plus simple grâce à des capteurs qui piègent l’ammoniac à travers des filtres imbibés d’acide. Explications avec Jean-Pierre Cohan, ingénieur chez ARVALIS – Institut du végétal.


Ces capteurs ont été mis au point par des travaux conjoints entre la recherche publique (INRA), les instituts techniques (ARVALIS, Idele, Ifip, Terres Inovia, Acta) et les industriels (Unifa).

Le dispositif se présente sous la forme de piquets munis de deux étages de coupoles qui supportent les capteurs.

Ces capteurs sont mis en place au champ suite à une opération culturale puis analysés au laboratoire pour connaître la concentration en ammoniac de l’air à différents pas de temps. Ces données permettent d’estimer les quantités d’azote perdu via la volatilisation ammoniacale et ainsi d’identifier les leviers possibles pour les réduire.

Nicolas BOUSQUET (ARVALIS - Institut du végétal)

Sur le même sujet

Mots-clés

Réagissez !

Note globale :
  • (Aucun vote)
Commentaires

aucun commentaire pour l'instant

Merci de vous identifier pour commenter et noter cet article