En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Observation de la progression des racines du blé dans le sol en mai 2020 en Lorraine Messagerie Lorraine

Des blés à floraison avec de bonnes racines dans les sols profonds

28 mai 2020

Selon les constats au champ, l’enracinement des blés en floraison s’avère satisfaisant en sol profond. Un atout non négligeable pour affronter les situations de stress hydrique et optimiser le remplissage des grains qui commence.

Cette année, les blés implantés en sols profonds profitent d'une forte concentration racinaire en surface mais également de racines adventives qui ont su se frayer un chemin en profondeur. De fait, le volume de terre exploré est sensiblement plus important, et la ressource en eau plus accessible. Il est vrai que la température du sol est un puissant moteur de l'enracinement et que ce point n’a pas été limitant cette année, en sols argilo-limoneux. En l’absence d’obstacles, on estime le rythme de progression du front racinaire à environ 16 cm tous les 100°C.

La cartographie racinaire donne une représentation spatiale du système racinaire à un temps donné. Il s’avère utile de l’employer à des stades-clés de la culture, notamment au stade épi 1 cm (pour une meilleure prise en compte de l’azote minéral disponible) et à la floraison (pour mieux déterminer la réserve en eau).

Les profils racinaires sont réalisés en creusant une fosse généralement de 80 cm de large sur 1 m de profondeur. Un plan vertical est préparé sur lequel une grille de maille de 2 cm x 2 cm est fixée. L’observation consiste ensuite à noter dans chaque case de la grille la présence ou l’absence de racines.

Figures 1 et 2 : Profils réalisés le 20 mai 2020 sol limono-argileux de Saint-Hilaire-en-Woëvre (80 cm de large sur 100 cm de profondeur)

Case colorée = présence de racine / case blanche = absence de racine

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cette première représentation très visuelle du profil racinaire est cependant difficile à interpréter directement. Elle peut être retraduite sous la forme d’un graphique additionnant le nombre de cases avec présence de racines pour chiffrer une proportion de sol colonisé.

Figure 3 : Occupation racinaire en %

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

La structure plus fine et travaillée du premier horizon (0 - 30 cm) favorise le développement racinaire : la colonisation des racines y est proche de 100 %. A partir de 30 cm, la structure devient plus dense et limite la colonisation en profondeur. La proportion de sol colonisé à 1 m est cependant loin d’être négligeable cette année puisqu’il reste proche de 30 %.

Toutes conditions de culture égales par ailleurs, il est intéressant de noter que la date de semis ne modifie pas la vitesse d’enracinement. Si elle peut se traduire par un effet retard de l’enracinement au stade épi 1 cm (au regard du développement des parties aériennes), cet écart s’annule à la floraison.

Un constat plutôt favorable à la mise en place de la dernière composante du rendement, le poids de mille grains (PMG).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10